Libye: Les mercenaires russes du groupe Wagner auraient posé des mines autour de Tripoli (Africom)

Plus de mines antipersonnelles en Afrique. Interdisez les, éliminez, et aidez les victimes peut on lire sur cette image.
16 Juillet 2020

Le commandement américain pour l'Afrique affirme détenir des preuves de cette violation, par la Russie, de l'embargo onusien sur la Libye.

Des mercenaires russes du groupe Wagner auraient posé des mines dans la région de Tripoli, la capitale libyenne. Ces mercenaires auraient ainsi violé l'embargo des Nations unies sur les armes pour la Libye.

Ces accusations émanent de l'Africom, le commandement américain pour l'Afrique, qui affirme détenir des "preuves claires" de ce qu'il avance.

Ces preuves, que les Américains prétendent détenir, ce sont des photos. Ces clichés montreraient que le groupe Wagner aurait posé depuis la mi-juin, des mines antipersonnel et des "pièges" explosifs autour de Tripoli .

L'Africom dénonce "un mépris total pour la sûreté et la sécurité des Libyens", arguant que les mines terrestres ainsi disséminées provoquent des "souffrances inutiles" et "la mort de civils innocents".

Or ce groupe Wagner est lié à Vladimir Poutine. Des enquêtes menées par plusieurs médias établissent que ce groupe de mercenaires est financé par l'un des proches du président russe : Evguéni Prigojine.

L'homme d'affaires russe nie son implication dans le conflit libyen. Il fait déjà l'objet de sanctions américaines suite à l'une enquête du procureur spécial Robert Mueller sur l'ingérence russe dans la présidentielle américaine de 2016.

Hier [mercredi], le Trésor américain annonçait de nouvelles sanctions sur les entreprises contrôlées par Evguéni Prigojine - notamment à Hongn Kong, en Thaïlande ou au Soudan, où l'entreprise M Invest serait une vitrine du milliardaire pour exploiter les ressources d'or à des fins d'enrichissement personnel.

Les États-Unis avaient déjà accusé le pouvoir russe de violation de l'embargo onusien décrété en 2011, sur la vente d'armes à la Libye. Selon le Pentagone, Moscou aurait introduit des avions de chasse et des armes dans le pays, afin de soutenir le maréchal Khalifa Haftar, qui tente depuis avril 2019 de conquérir Tripoli.

Par ailleurs, le Royaume-Uni accuse cet après-midi "des acteurs russes" d'avoir tenté d'interférer, l'année dernière, dans les élections législatives britanniques.

Plus de: DW

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.