Congo-Brazzaville: DCMP -La FIFA somme le club de payer les 94 mille dollars de Sangaré

L'instance faîtière du football mondial a pris fait et cause pour l'attaquant malien Ousmane Sangaré dans un litige l'opposant au DCMP qui risque une interdiction de recruter pendant trois ans.

La Fifa a, dans une correspondance adressée à la Fédération congolaise de football association (Fécofa), sommé le Daring Club Motema Pembe (DCMP) de payer des arriérés de salaire du Malien Ousmane Sangaré, évalués à 94 mille dollars américains. Le joueur avait signé un contrat de quatre ans avec la team vert et blanc de la capitale en 2015.

Mais, en 2018, il a été écarté du groupe parce qu'il n'entrait pas dans le plan de l'entraîneur italien Agostinelli. Ce dernier avait démissionné et l'équipe a été repris par Otis Ngoma, rappelé pour quelques matchs avant la fin de la saison au terme de laquelle DCMP a conservé sa troisième place qualificative pour la Coupe de la Confédération. A la reprise, le nouveau comité de coordination a engagé le technicien franco-congolais de Brazzaville Isaac Ngata.

Et le joueur malien ne faisait presque plus partie du club. Aussi a-t-il saisi la Fifa par le biais de son avocat afin d'entrer dans ses droits. Malgré les avis du DCMP sur cette situation et envoyés à la Fifa n'ont visiblement pas convaincus l'Instance mondial du ballon qui est intervenu en faveur du joueur. Réagissant sur Top Congo FM, le secrétaire général du club, José Mandjeku, a indiqué que le joueur malien a réintégré l'effectif des Immaculés depuis février 2020, avec son accord et qu'il a également accepté le règlement à l'amiable de ce litige.

La plainte d'Otis Ngoma à la Fécofa

L'officiel du DCMP a aussi eu quelques mots sur un autre litige qui oppose le club à son ancien entraîneur Otis Ngoma Kondi. Ce dernier a récemment déposé une plainte contre le club à la commission juridique de la Fécofa pour rupture unilatérale et tardive du contrat de travail, et aussi pour le paiement de ses arriérés de salaires de 73 mille dollars américains. Dans sa correspondance à la Fécofa, Otis Ngoma a aussi dénoncé des violations graves et abusives du contrat de travail, espérant que la solution à ce litige puisse être trouvée au niveau national. Sinon, il va saisir la Fifa.

Arrivé à la tête du staff technique des Immaculés en août 2016, il a d'abord été mis de côté en 2018 avec l'arrivée de l'entraîneur italien Andrea Agostinelli, et ensuite avec la signature du coach Isaac Ngata en juillet 2019. Otis Ngoma a pourtant tenté de régler à l'amiable ce litige : « Malgré plusieurs tentatives de gestion l'amiable par courrier et e-mail envoyés au président ainsi qu'au secrétaire général depuis plusieurs mois, mes salaires restent impayés. Le DCMP n'a jamais montré la volonté de communiquer, ni de négocier ». José Mandjeku a reconnu ce litige qui, selon lui, devrait faire aussi l'objet d'un règlement à l'amiable.

Les dénonciations d'Idambituo

Cette situation coïncide avec une crise qui couve au sein du club, avec les dénonciations de l'ancien vice-président et président de la section football Ayi Idambituo sur la gestion financière calamiteuse du président de coordination Vidye Tshimanga. Idambituo a parlé d'un montant de 4 millions de dollars qui aurait pris une destination autre que les caisses du club alors que les joueurs n'auraient pas perçu leurs salaires depuis six mois. Il a demandé un audit de la gestion de Vidye Tshimanga. Le qualifiant d'énergumène, Vidye Tshimanga s'est dit prêt pour un audit avec une structure internationale indépendante mais aux frais d'Idambituo alors que l'administrateur du club Jean-Charles Okoto l'a traité de « virus » éradiqué par un vaccin, au cours d'une réunion restreinte, des administrateurs du DCMP.

A La Une: Congo-Brazzaville

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.