Congo-Kinshasa: Voie de sortie de crise - L'AFDC-A de Bahati appelle au rassemblement de toutes les forces pour un dialogue franc

Un forum regroupant toutes les forces en présence, à savoir FCC-CACH-AFDC-A-LAMUKA et Société civile, pour un dialogue franc, notamment sur les questions électorales, c'est la recette proposée par l'AFDC-A du sénateur Modeste Bahati Lukwebo. Dans sa proposition de sortie de crise actuelle, l'AFDC-A préconise également la question de la révision de certains articles non verrouillés de la Constitution et la problématique de la requalification de la majorité parlementaire.

Préoccupé par la crise qui affecte le bon fonctionnement des institutions de la République et qui aggrave la situation politique, économique, sociale, sanitaire et sécuritaire qui prévaut actuellement en RDC, l'AFDC-A de Modeste Bahati Lukwebo a fait part de sa contribution. La recette présentée : Un forum regroupant toutes les forces en présence, à savoir FCC-CACH-AFDC-A-LAMUKA et Société civile, pour un dialogue franc. Cette recette est destinée à mettre fin aux limites de gestion, aux incohérences et insuffisances de FCC-CACH. Une coalition minée par des querelles internes qui « plombe tous les indicateurs de la vie socio-économique nonobstant la volonté affichée du Président de la République, Félix-Antoine Tshisekedi ».

Dans sa proposition, l'AFDC-A a soulevé toutes les questions à problème. Le regroupement s'en tient ainsi au consensus à dégager entre toutes les forces en présence sur les questions électorales, à savoir la réforme de la loi électorale et de la Céni, la mise à jour du fichier électoral, la révision de quelques articles non verrouillés par la Constitution, notamment ceux permettant le retour à l'élection présidentielle à deux tours, l'acceptation de la double nationalité, l'élection des gouverneurs de province et des sénateurs au scrutin universel direct, l'élection des chefs de juridiction judiciaires par leurs pairs, etc.

Un gouvernement de taille réduite composé des expérimentés pour redresser la pente

« La difficulté réside dans le corps parlementaire qui risque de servir uniquement le FCC au lieu de voir l'intérêt du pays. Faut-il requalifier la majorité ou faut-il convenir d'une période transitoire de deux ans sur base d'un consensus autour du Président de la République », interroge l'AFDC-A.

Dans la foulée, le regroupement de Bahati Lukwebo préconise la composition d'un gouvernement de missions, de taille réduite avec des personnalités expérimentées capables de redresser la pente en vue de la bonne gouvernance, de la stabilisation, de la croissance économique, de l'industrialisation, du développement économique et de l'attraction des investissements su base des priorités et des besoins de la population. Ce qui sous-tend également, la sécurisation des investissements privés et la stimulation des entrepreneurs nationaux.

L'AFDC-A propose aussi la définition des priorités dans les domaines de l'éducation, de la santé, de la fonction publique, de l'armée, de la police et du secteur privé. Tout comme le dialogue avec tous les groupes armés et la conception d'un bon plan de démobilisation et d'insertion de combattants.

Dans cette action, le regroupement de Bahati suggère à ce que la RDC prenne langue avec tous les pays voisins et de la sous-région sur les questions diplomatiques, sécuritaires et économiques.

Et au niveau interne, « promouvoir le dialogue entre et au sein des communautés ; répartir équitablement les revenus entre les provinces et les entités décentralisées ; prendre en charge correctement les agents de l'État, les militaires et les policiers et assurer régulièrement leur paie ; réduire si pas éviter les frustrations dans la classe politique car parfois, source de l'insécurité des provinces.

Plus de: Le Potentiel

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.