Angola: José Fernandes, infirmier d'intervention d'urgence - "Investir dans les systèmes de santé pour vaincre les futures pandémies"

interview

Pouvez-vous nous parler un peu de vous ?

Je m'appelle José Fernandes. J'ai 45 ans et je suis originaire de Lisbonne [Portugal]. Je travaille en Angola en tant qu'infirmier administrateur et infirmier d'intervention d'urgence à SOS International.

Depuis combien de temps travaillez-vous dans le secteur de la santé ?

J'ai commencé à travailler comme infirmier diplômé en 1996, une semaine après avoir obtenu mon diplôme.

Qu'est-ce qui vous a poussé à choisir une carrière dans le secteur de la santé ?

Le métier d'infirmier a toujours été mon premier choix. La fascination pour le fonctionnement du corps humain m'a donné envie d'en savoir plus. Le soin des personnes est la principale raison pour laquelle j'ai rejoint l'école des infirmiers. Aider les gens pendant certains de leurs plus grands moments et leurs derniers instants de vie est quelque chose qui, après toutes ces années, me donne encore des frissons.

Avez-vous des craintes ou des regrets ?

Je n'ai pas de regrets, dans l'ensemble, je suis heureuse des choix que j'ai faits et de la façon dont ma carrière se déroule. Ma seule crainte est que quelque chose m'arrive et que je ne sois pas en mesure de subvenir aux besoins de ma famille.

Comment contribuez-vous à la lutte contre la COVID-19 ?

En tant qu'infirmier d'intervention d'urgence, je suis de garde 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, pour toute urgence qui pourrait survenir à terre, mais surtout en mer. Je fais partie de l'équipe d'intervention d'urgence et je coordonne l'évacuation médicale, en amenant les patients à l'hôpital pour qu'ils reçoivent les soins nécessaires. Je suis également chargé d'escorter le patient, par hélicoptère, depuis les sites offshore, de lui prodiguer les soins appropriés pendant le transport, et de veiller à ce qu'il arrive à la destination finale où les soins appropriés peuvent lui être prodigués.

L'entretien adéquat de tous les équipements de survie et des médicaments fait également partie de mon rôle d'infirmier d'intervention d'urgence.

En quoi votre travail a-t-il changé depuis l'apparition de la COVID-19 ?

Le principal changement dans mon rôle est dû aux activités liées à la COVID-19, ce qui signifie que certaines des procédures ont dû être repensées pour s'adapter à cette nouvelle réalité, que certaines ont dû être créées de toutes pièces et que d'autres ont dû être mises en attente tant que la pandémie persiste. Les activités d'approvisionnement ont également augmenté de manière exponentielle en raison du besoin croissant d'EPI (équipement de protection individuelle).

Ces changements ont-ils eu des effets négatifs ?

Les horaires de travail prolongés peuvent peser sur une équipe, non seulement physiquement mais aussi mentalement. Il est impératif que tout le soutien nécessaire soit apporté pour minimiser les risques pour les personnes concernées, et pour assurer des soins de qualité et la sécurité de ceux qui demandent notre aide.

Qu'est-ce qui vous affecte le plus dans cette situation de COVID-19 ?

Actuellement, ce qui me touche le plus, c'est de m'assurer que ma famille au pays se porte bien. Le fait d'être loin et de ne pas pouvoir être physiquement présent pour soutenir ma famille est ce qui me préoccupe le plus. Bien que la technologie de nos jours contribue à raccourcir les distances et à faciliter les contacts entre les personnes, ne pas pouvoir embrasser ou étreindre ma femme et mes enfants est le plus difficile dans cette situation.

Mais c'est aussi pour eux que je fais et que j'aime le travail ici. Pouvoir subvenir à leurs besoins, leur donner un meilleur avenir et leur offrir des opportunités que je n'ai jamais eues, c'est ce qui me permet de continuer.

Comment faites-vous face à la situation et qu'est-ce qui vous permet de continuer ?

L'aide des collègues, des amis et de la famille a été cruciale pour faire face à la séparation, sans savoir quand il sera possible d'être ensemble avec ma famille et de reprendre une vie "normale".

J'ai essayé d'appeler ma famille et mes amis par vidéo autant que possible pour aider à raccourcir la distance et à nous rapprocher, en nous soutenant mutuellement. Rien ne sera plus pareil, mais l'amour pour ma famille en sortira encore plus fort.

Quelle stratégie, selon vous, a bien fonctionné dans ce combat et qu'est-ce qui n'a pas fonctionné ? Que faut-il faire pour gagner la guerre contre la COVID-19 ?

Autant qu'il soit possible de le savoir jusqu'à présent, le manque d'investissement dans les systèmes de santé dans le monde entier affecte la réponse à cette pandémie. Le manque de ressources humaines et le manque d'EPI ne sont que quelques exemples de la façon dont, en général, nous sommes tous mal préparés à ce genre de situation exceptionnelle.

Il est crucial de tester de plus en plus de personnes pour déterminer qui est ou n'est pas infecté, ce qui nous permet d'isoler les personnes, de fournir des soins à celles qui en ont besoin et d'allouer les ressources là où elles sont le plus nécessaires.

Il est également nécessaire de mettre en place de meilleures chaînes d'informations fiables et de qualité entre les pays afin d'aider à partager les meilleures pratiques et à déterminer ce qui a fonctionné et ce qui ne fonctionne pas.

Les fausses nouvelles, en particulier sur les médias sociaux, n'aident pas les gens à discerner ce qui est vrai et fiable de ce qui ne l'est pas.

Les autorités doivent améliorer les canaux de communication pour aider les gens à obtenir des informations correctes et fiables qui font vraiment une différence dans la vie des gens, les aidant à retrouver une vie plus normale et ne créant pas encore plus de difficultés pour tous.

Le retour de l'économie mondiale est nécessaire, car les pays ne pourront pas faire face à un verrouillage de l'économie pendant beaucoup plus longtemps. C'est pourquoi les gouvernements doivent prévoir le retour au travail de tous les secteurs de la société tout en donnant aux gens les outils dont ils ont besoin pour exercer leur métier en toute sécurité, sans se mettre et mettre les autres en danger inutilement, en permettant aux gens de subvenir à leurs besoins et à ceux de leur famille et en faisant en sorte que les choses "tournent" à nouveau.

Nous ne devons pas oublier que les gens doivent maintenir toutes les recommandations concernant le lavage des mains, l'éloignement physique lors des contacts avec les autres, l'utilisation de masques et toutes les autres mesures déjà connues de tous pour éviter non seulement la propagation du virus, mais aussi pour atténuer l'émergence d'une deuxième vague qui mettra encore plus de pression sur les systèmes de santé dans le monde entier.

Quel est votre message aux habitants de votre pays et à ceux d'Afrique en cette période de COVID-19 ?

Mon principal message aux autres est de suivre les directives de l'OMS concernant le lavage des mains, le port de masques et le maintien d'une distance physique. Je parle de distance physique parce que je n'aime pas le terme "distance sociale". Les êtres humains sont des créatures sociales et, aujourd'hui plus que jamais, alors que l'isolement est l'une des mesures dont nous disposons pour retarder la propagation du virus, nous devons nous engager dans la socialisation avec les autres (tout en maintenant la distance) et aider ceux qui ont besoin de plus d'assistance, en particulier les personnes âgées et les personnes qui n'ont personne pour s'occuper d'elles.

Le chômage est un problème qui croît de manière exponentielle, de sorte que davantage de personnes seront soumises à une forte pression pour survivre. Par conséquent, ceux qui le peuvent devraient être en mesure d'apporter le plus grand soutien possible afin de minimiser le risque d'avoir, en plus de la crise pandémique, une crise économique encore plus importante.

Plus de: Africa Renewal

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.