Burkina Faso: Mairie de Bobo - Bourahima Faberé Sanou, le banni du MPP/Houet ?

La première session ordinaire de l'année 2020 du conseil municipal de Bobo-Dioulasso, qui avait au total 31 points inscrits à son ordre du jour, n'a finalement pu se tenir hier jeudi, 16 juillet. Le mot d'ordre de boycott lancé par des conseillers municipaux aura finalement eu raison du bourgmestre de la ville de Sya, qui n'a pu atteindre le quorum pour tenir sa rencontre. Du coup, le maire Bourahima Faberé Sanou s'en est ouvertement pris aux conseillers municipaux du parti au pouvoir, qu'il accuse d'être à l'origine de cette malheureuse situation.

Il semblait pourtant déterminé à tenir ce conseil sans la présence de bon nombre de conseillers municipaux. Des absences qui étaient visiblement loin d'arrêter le maire de la commune de Bobo-Dioulasso dans sa détermination à prendre à cette rencontre des délibérations relatives au budget communal. Les choses sont même allées vite car le bourgmestre de Sya, à peine après avoir fini de livrer son discours d'ouverture, a immédiatement commencé à aborder certains points inscrits à l'ordre du jour de ce conseil.

Mais il sera vite rappelé à l'ordre par l'un des doyens des conseillers municipaux, en l'occurrence le président du conseil régional des Hauts-Bassins. C'est sur injonction de Célestin Koussoubé en effet que le maire de la commune s'est vu contraint de corriger ce vice de forme relatif à la vérification préalable du quorum avant l'entame des travaux. Une procédure qui sera fatale à ce premier conseil ordinaire 2020 du conseil municipal.

En effet, sur les 201 conseillers que compte la commune, seulement 77, y compris les multiples procurations, avaient répondu à l'appel du secrétaire de séance. On était alors loin du compte dans la mesure où le quorum des 100 conseillers n'était pas atteint.

Qu'à cela ne tienne, Bourahima Fabéré Sanou insiste pour dire que les travaux peuvent se poursuivre en attendant l'arrivée de retardataires dans la salle. Mais il ne sera pas suivi dans sa logique par Célestin Koussoubé, qui demande le report pur et simple de ce conseil. Le temps, dit-il, de convaincre les boycotteurs que les problèmes de la commune se règlent au conseil et non dans la rue.

Une chose est sûre, le conseil municipal de Bobo va mal et même très mal au regard des nombreuses dissensions internes qui minent la commune. L'échec de ce conseil révèle au grand jour cette crise latente qui oppose le maire de la commune et certains de ses collaborateurs que sont des maires d'arrondissement, lesquels ont d'ailleurs brillé par leur absence à ce conseil.

Une façon pour eux de dénoncer les menaces proférées par le maire quant à la régularité des transactions en cours entre certains maires d'arrondissement et les promoteurs immobiliers. Ce sujet constitue actuellement la principale pomme de discorde au sein du conseil municipal et défraie depuis un certain temps la chronique à Sya. La question des parcelles sera d'ailleurs et en toute logique abordée par le maire de la commune dans son discours d'ouverture de ce conseil.

« J'ai bien dit que ceux qui vendent actuellement les parcelles ou ceux qui les achètent le font à leurs risques et périls. J'ai fait passer un communiqué radio pour cela afin d'attirer l'attention des gens sur les risques qu'ils encourent dans cette affaire.

Parce que ces transactions n'ont aucune valeur légale. Je ne suis contre personne, seulement je voudrais que les choses se passent dans les règles de l'art. Ceux qui le font pourraient le regretter plus tard. Nous sommes là pour défendre les intérêts de la commune », a martelé le maire de la commune. Du coup, de nombreux maires d'arrondissement se voient dans le collimateur du président du conseil municipal, avec qui ils ne seraient plus en odeur de sainteté.

Bourahima Fabéré Sanou avait d'ailleurs de la peine à cacher sa déception après l'échec de ce conseil. C'est ainsi qu'il s'est en pris ouvertement à des absents en ces termes : «Les conseillers municipaux qui ont boycotté ce conseil sont du MPP. Je le dis et je l'assume». Des propos qui illustrent le malaise entre le bourgmestre de Sya et ses camarades du parti. Alors Bourahima Fabéré Sanou serait-il un banni du MPP/Houet ?

Aux dernières nouvelles, les maires, qui ont boycotté le conseil, donnent leur version à travers une conférence de presse ce vendredi matin, à travers une conférence de presse.

Plus de: L'Observateur Paalga

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.