Congo-Brazzaville: Secteur informel - Deux cents acteurs bénéficient d'un appui pour relancer leurs activités

Le Programme des Nations unies pour le développement (Pnud) et le ministère des Petites et moyennes entreprises, de l'Artisanat et du Secteur informel ont signé le 17 juillet à Brazzaville, une lettre d'accord pour l'octroi de micro-subventions aux acteurs frappés par les mesures de lutte contre la pandémie du coronavirus (Covid-19).

Inscrit dans le cadre du principe central des Objectifs de développement durable 2030 « de ne laisser personne de côté », cet appui permettra à ces groupes de relancer leurs activités, faciliter leur accès aux marchés et à l'alimentation des ménages vulnérables dans les localités de Brazzaville et Pointe-Noire, retenues pour la première phase.

Plusieurs domaines d'activités sont concernés, notamment la ferronnerie, la vulcanisation, la mécanique, la vannerie et la cordonnerie. Le tout, pour un financement de 54,5 millions de francs CFA.

Ces micro-subventions visent, en effet, à renforcer les capacités des petits acteurs du secteur informel plus particulièrement ceux évoluant dans les secteurs d'activités économiques déclarées non essentielles ayant été à l'arrêt pendant la période du confinement.

L'identification des acteurs s'est faite en étroite collaboration avec le ministère de tutelle à partir des données disponibles et des critères de sélection préalablement fixés (critères objectif liés à l'activité, le profil de l'acteur, le type d'activités et l'impact subi).

En effet, les mesures préventives prises par le gouvernement pour limiter la propagation du virus ont négativement impacté les activités des acteurs du secteur concerné et contribué à réduire leurs revenus en provoquant une chute brutale de leurs activités de substance.

« La Covid-19 a secoué le monde entier le Congo y compris. Elle a aussi obligé les différents Etats à prendre des mesures sévères afin de faire face à cette crise sanitaire ;

ces mesures ont d'une manière ou d'une autre impacté le secteur informel. Cet appui n'est que symbolique car l'ampleur du problème est beaucoup plus importante », a déclaré le représentant du Pnud au Congo, Maleye Diop.

De son côté, la ministre en charge des Petites et moyennes entreprises, Yvonne Adelaïde Mougani s'est réjouie de cet acte qui permettra à deux cents acteurs du secteur informel évoluant dans des métiers retenus de pouvoir bénéficier d'un appui financier.

« Vous partenaires techniques du Congo avez eu l'initiative de regarder quelle était la situation du secteur informel, évidemment sur la base de la cartographie que le département avait réalisée en 2019.

Aujourd'hui, on peut se féliciter de la signature qui est un appui direct d'ailleurs au niveau de l'acquisition d'un certain nombre d'équipements qui vont leur permettre de renouer avec leurs activités », a-t-elle indiqué.

Elle a par ailleurs, souligné la mise place d'un mécanisme permettant aux acteurs de s'habituer aux crédits revolving qui se mettront en place et modifieront leurs comportements.

Selon les données 2018 de l'Agence congolaise de la promotion du secteur privé, les PME représentent 97% du total des entreprises au Congo. Parmi celles-ci, 85% évoluent dans le secteur informel.

A La Une: Congo-Brazzaville

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.