Angola: COVID-19 - Luanda et le nouveau cordon sanitaire

Luanda — Il est révolu le temps où l'Angola pouvait se permettre le «lux» de considérer la pandémie du Covid-19 dans le pays, comme un problème réservé aux patients venus de l'étranger (cas importés).

Au cours des deux derniers mois, la capitale du pays assiste à une augmentation des cas confirmés de la maladie, dont bon nombre causés par des personnes qui ont viole des clôtures sanitaires, plongeant le pays au bord d'une situation critique et inquiétante.

Chaque jour, le coronavirus gagne du terrain dans toute la ville de Luanda, et s'est même déjà installé dans d'autres localités, comme à Cuanza Norte, à un moment que le nombre de personnes récupérées augmente, mais par contre le nombre de décès dus au COVID-19 augmente.

L'Angola traverse une phase complexe depuis le 21 mars où l'on a enregistré les deux premiers cas, lesquels sont à l'origine des conséquences graves, les tests rapides de dépistage constituant un véritable baromètre pour une évaluation de l'état clinique des communautés.

Après une longue période avec des cas importés sous le contrôle total des autorités, des cas de contamination locale et sans liens épidémiologiques ne laissaient presque aucun doute que Luanda avait déjà une contagion communautaire, bien qu'en nombre réduit.

Un aperçu rapide aux tests de dépistage a montré au départ, que sur 100 citoyens testés dans les communautés, au moins 4 étaient réactifs au virus, c'est-à-dire, ils pouvaient éventuellement être infectés de façon naturelle et restés immunitaires au virus.

Mais officiellement, le pays n'a déclaré la contamination communautaire que le mercredi 15 juillet 2020, après une étude approfondie des cas sans lien épidémiologique, une réaité qui atteste que la situation en Angola est préoccupante et nécessite une attention particulière.

Il faut donc adopter une stratégie très efficace pour sauvegarder des vies humaines.

Plus de: ANGOP

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.