Congo-Kinshasa: Le FCC à la recherche des candidats pour sa marche

19 Juillet 2020

Après les ratés des 8 et 14 juillet derniers sanctionnés par des reports, les membres du FCC (Front commun pour le Congo) se proposent de faire descendre dans les rues le jeudi 23 juillet prochain, leurs troupes pour officiellement soutenir les institutions républicaines issues de l'alternance pacifique.

Mais, contrairement à l'UDPS et Alliés ainsi qu'aux partis et associations membres de Lamuka, qui ont fait marcher leurs «basses» respectivement le jeudi 9 et le lundi 13 juillet 2020 pour protester contre l'entérinement entaché d'irrégularités de Ronsard Malonda comme président de de la CENI (Commission Electorale Nationale Indépendante par l'Assemblée nationale au cours de sa plénière du jeudi 2 juillet, le FCC est en crise de participants à sa marche.

Lors de leur réunion tenue le week-end quelque part au centre-ville à Gombe en guise de préparatifs, l'on a appris que deux problèmes majeurs ont été relevés par les membres des partis et associations évoluant sous l'autorité de l'ancien Président Joseph Kabila Kabange. Et ces problèmes sont susceptibles de porter un coup dur à la réussite souhaitée de la marche par les organisateurs. Il s'agit d'un côté de réunir des fonds nécessaires, et de l'autre côté recruter des gens à mobiliser.

En ce qui concerne les gens à mobiliser pour marcher, il se pose un problème très sérieux du fait que ceux qui tiennent les commandes du regroupement et qui distribuent des « gâteaux » à qui ils veulent, souffrent eux-mêmes du manque criant de « base » à mobiliser pour la circonstance.

Plusieurs partis qui disposent de leurs « petites bases » refusent de les mobiliser au motif qu'ils ont été oubliés dans le partage des postes. Même chose pour des partis alliés qui n'ont pas eu la chance d'avoir des représentants au Parlement. Pour les responsables de ces partis, l'heure n'est plus à faire le lit des autres, jeu dans lequel ils ont été floués tout au long du règne de Joseph Kabila. Alors que ceux qui se «retrouvaient demeurent les mêmes jusqu'à ce jour.

Concernant la collecte des fonds, un autre obstacle se présente du fait que les gestionnaires encore en place n'ont plus la liberté de ponctionner dont ils jouissaient il y a quelques mois. Car, la réglementation qui leur offrait des passes en or pour piller venait d'être abrogée. Il s'agit du décret qui interdisait aux inspecteurs des finances tout comme aux magistrats de diligenter des audits dans les régies financières et services d'assiettes.

Des manifestants pacifiques

Par ailleurs, il est à espérer que le FCC alignera des hommes et femmes normaux pour sa marche, contrairement aux images qui avaient fait le tour de la toile lors de la marche de l'Udps tout comme celle de Lamuka, montrant des «kuluna» s'entraînant avec des machettes en vue de barrer la route aux manifestants. Ils se réclamaient ouvertement du FCC.

C'est ici qu'on alerte la police pour veiller au respect des normes ainsi que le caractère pacifique d'une marche pour qu'en cas de dérapage, les Opj se saisissent du dossier. L'Etat de droit c'est avant tout le respect des lois et normes réglementaires.Dom

A La Une: Congo-Kinshasa

Plus de: Le Phare

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.