Afrique: COVID-19 - Le patron de l'aide humanitaire exhorte le G20 à prendre des mesures pour éviter les "crises en cascade" dans les pays fragiles

La pandémie de COVID-19 et la récession qui en résulte vont déclencher la première augmentation de la pauvreté mondiale en trois décennies, conduisant 265 millions de personnes au point de mourir de faim d'ici la fin de l'année, a mis en garde vendredi le haut responsable humanitaire de l'ONU

Mark Lowcock a appelé les principales nations industrielles du monde, le G20, à renforcer leur soutien, alors qu'il a publié un appel révisé de 10,3 milliards de dollars pour lutter contre la propagation des coronavirus dans 63 pays à faible revenu.

"La pandémie et la récession mondiale qui l'accompagne sont sur le point de faire des ravages dans les pays fragiles et à faible revenu", a-t-il déclaré. "La réponse des nations riches a jusqu'à présent été grossièrement inadéquate et dangereusement myope. Si l'on n'agit pas maintenant, le virus pourra faire le tour du monde, défaire des décennies de développement et créer des problèmes tragiques et exportables pour toute une génération".

"Il n'est pas nécessaire que ce soit ainsi - c'est un problème qui peut être résolu avec l'argent des nations riches et une réflexion nouvelle des actionnaires des institutions financières internationales et des partisans des agences des Nations Unies, du mouvement de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge et des ONG".

Perspectives de crises en cascade

En date de jeudi, il y avait plus de 13 millions de cas de COVID-19 dans le monde, et près de 580 000 décès, selon l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS).

M. Lowcock craint que si les pays du G20 n'agissent pas maintenant, ils seront confrontés à une série de tragédies humaines plus brutales et plus destructrices que les conséquences directes de la pandémie sur la santé.

"Les pays riches ont abandonné les règles du jeu lorsqu'il s'agit de protéger leurs propres économies. Ils doivent appliquer les mêmes mesures exceptionnelles aux pays qui ont besoin d'aide", a-t-il déclaré.

"La perspective de crises en cascade plus brutales et destructrices que tout ce que le virus seul peut faire doit nous faire sortir de notre zone de confort".

Les agences de l'ONU estiment qu'en raison des perturbations des systèmes de santé causées par la pandémie, quelque 6 000 enfants pourraient mourir chaque jour de causes évitables, tandis que les décès annuels dus au VIH, à la tuberculose et au paludisme pourraient doubler.

Les humanitaires ont déclaré que le premier cas confirmé de la maladie a été signalé à Idlib, en Syrie, la semaine dernière, suscitant la crainte d'une flambée dévastatrice dans les camps surpeuplés qui abritent des millions de personnes déplacées par le conflit qui dure depuis près de dix ans dans le pays.

Donner la priorité aux plus vulnérables

Le plan mondial d'intervention humanitaire COVID-19 aborde les conséquences humanitaires de la pandémie dans 63 pays à faible et moyen revenu et soutient leurs efforts pour la combattre.

Le plan donne la priorité aux citoyens les plus vulnérables du monde, notamment les personnes âgées, les personnes handicapées, les personnes déplacées, les femmes et les filles.

Il a été initialement lancé fin mars, peu après que l'OMS ait déclaré la pandémie mondiale.

Si 1,7 milliard de dollars ont été collectés depuis lors, la mise à jour prévoit 300 millions de dollars supplémentaires pour renforcer la réponse rapide des ONG, 500 millions de dollars pour la prévention de la famine et une attention accrue à la prévention des violences sexistes.

Plus de: Africa Renewal

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.