Algérie: Édifier une économie nationale passe par l'éradication de l'argent sale et la création d'institutions fortes et propres

Alger — Le président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune, a affirmé, dimanche soir, que l'économie nationale avait besoin de changements radicaux et structurels et que son édification passait par l'éradication de l'argent sale et la mise en place d'institutions fortes et propres.

Lors de son entrevue périodique avec les médias nationaux, le Président Tebboune a expliqué que "la véritable relance de l'économie nationale requiert l'établissement d'un contrôle à travers des institutions fortes", ajoutant que la relance économique impliquait "l'assainissement, la lutte contre la corruption et la récupération des fonds détournés".

Il a préconisé, dans ce sens, de pallier les lacunes existantes dans les lois notamment celles ayant trait à l'investissement et à l'économie afin de renforcer le contrôle", précisant que "la Constitution et les lois à venir permettront de consacrer la bonne foi au sein de la société et d'éviter la répétition des erreurs du passé".

Abordant la question de la séparation de l'argent du pouvoir, le Président Tebboune a souligné que "l'argent sale qui intervient parfois dans la nomination, voire la révocation, à des postes de responsabilité était nuisible à la démocratie", a-t-il dit.

Exhortant les citoyens à dénoncer la corruption et les dépassements, le Président de la République a mis en avant l'impératif d'avoir une justice forte pour la dissuasion des contrevenants et la protection du simple citoyen, "la plus grande victime de ces pratiques, comme la corruption".

S'agissant de la récupération de l'argent détourné, M. Tebboune a réitéré son engagement "quant à la récupération de ces fonds une fois toutes les données disponibles".

La prochaine Constitution contribuera à la relance de l'économie nationale

Par ailleurs, le chef de l'Etat a assuré que la prochaine Constitution contribuera à la relance de l'économie nationale, ajoutant que cette dernière "nécessite des changements radicaux et structurels qui ont été engagés".

Soulignant l'importance d'une concordance entre la politique et l'économie, le Président Tebboune a déclaré que "le changement et le traitement de 20 années d'accumulations ne sauraient être opérés du jour au lendemain".

Il a affirmé en outre que "la nouvelle Constitution permettra de renforcer le contrôle à travers les institutions et la moralisation de la vie politique et économique", estimant que "la décision économique doit être institutionnelle transparente et non individuelle".

Partant, a-t-il ajouté, ces institutions fortes permettront également aux citoyens de contrôler la gestion et les deniers publics, ce qui permettra de concrétiser le véritable progrès tant au plan social, que politique et économique.

A La Une: Algérie

Plus de: Algerie Presse Service

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.