Afrique: Patrimoine mondial africain - Le Cameroun joue sa partition

Le ministre des Arts et de la Culture a signé un accord de partenariat relatif à la contribution financière annuelle du gouvernement avec le directeur exécutif du Fonds hier.

Une nouvelle page est ouverte depuis hier dans la collaboration qui lie le gouvernement camerounais et le Fonds pour le patrimoine mondial africain. Le Cameroun qui prend très au sérieux le secteur du patrimoine culturel a décidé de jouer pleinement sa partition auprès de cet organisme. En effet, par la voix du ministre des Arts et de la Culture (Minac), Bidoung Mkpatt, le gouvernement a signé un accord de partenariat avec le Fonds pour le patrimoine mondial africain. Cette nouvelle coopération est relative à la contribution financière annuelle du gouvernement en faveur du Fonds. Et ce, à raison de 10 millions de F par an. C'est en mode visioconférence que les deux parties prenantes ont procédé à ladite signature. D'un côté, le Cameroun représenté par le ministre Bidoung Mkpatt, depuis son cabinet à Yaoundé. Il était en duplex avec Johannesburg en Afrique du Sud, où se trouvaient le Haut-commissaire du Cameroun en Afrique du Sud, Adrien Kouambo, et les membres de l'autre partie signataire, à savoir le directeur exécutif du Fonds, Souayibou Varissou. Au cours de cette cérémonie en ligne, le Minac a indiqué que par la signature de cet accord de partenariat, le Cameroun entend renforcer sa riche collaboration technique concernant ses projets du patrimoine mondial. « En tant que label, le patrimoine mondial reste un enjeu de développement pouvant générer les ressources économiques et renforcer le dialogue entre nos peuples », a souligné Bidoung Mkpatt.

En effet, le Cameroun compte deux biens sur la Liste du patrimoine mondial : la Réserve de la faune du Dja et le Tri-National de la Sangha, bien transfrontalier avec la République du Congo et la Centrafrique. L'inventaire du patrimoine culturel camerounais qui s'achève cette année compte actuellement un peu plus de 500 biens et éléments inscrits dans ses catalogues. Parmi ces biens, 19 font partie de la liste indicative, c'est-à-dire des biens qui seront candidats à l'inscription sur la liste du patrimoine mondial. Pour ce qui est de la contribution du Fonds pour le patrimoine mondial africain, Christophe Mbida Midzie, secrétaire général par intérim au Minac souligne que cette institution assiste beaucoup le pays en termes de renforcement des capacités, à travers des séminaires où des professionnels du Cameroun sont formés dans le domaine. Ensuite, pour s'enrichir des expériences des pays qui ont des biens inscrits sur la Liste du patrimoine mondial. Un avantage en termes d'échanges d'expériences. « Ce qui nous permet aussi de mettre à profit les expériences des autres pays en ce qui concerne le suivi de l'état de conservation de nos biens qui sont inscrits sur la Liste du patrimoine. Le Fonds nous donne assez de moyens humain et financier », confie Christophe Mbida Midzie. Le Fonds pour le patrimoine mondial africain a été créé par les chefs des Etats africains afin de contribuer par leurs propres moyens au financement de leurs cultures.

Plus de: Cameroon Tribune

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.