Afrique du Nord: Le Parlement égyptien donne son feu vert pour une possible intervention en Libye

Egyptian Army Soldiers armed with 7.62mm AK-M assault rifles practice their beach assault techniques at El Omayed, Egypt as US, Spanish and Egyptian Forces conduct amphibious operations, during Exercise BRIGHT STAR 01/02.

Le Parlement égyptien a approuvé à l'unanimité, lundi 20 juillet, une possible intervention armée en Libye. Les députés ont réagi à l'avancée des forces gouvernementales libyennes vers l'est.

L'Egypte, qui soutient le camp du maréchal Khalifa Haftar, entend « défendre la sécurité nationale » face au Gouvernement d'union nationale.

Abdel Fattah al-Sissi avait prévenu, jeudi 16 juillet. Le président égyptien avait déclaré que l'Egypte « ne restera pas inerte devant tout mouvement qui constituerait une menace directe pour la sécurité nationale ».

En écho aux mots du chef d'Etat, le Parlement égyptien a approuvé ce lundi 20 juillet l'idée d'une possible intervention armée en Libye.

L'avancée du GNA vers Syrte inquiète l'Egypte, soutien du maréchal Haftar

Lors d'un vote à huis-clos, les députés égyptiens ont approuvé à l'unanimité un éventuel envoi « d'éléments de l'armée égyptienne dans des missions de combat hors des frontières » afin de « défendre la sécurité nationale », indique un communiqué du Parlement, qui reprend l'expression employée il y a quelques jours par Abdel Fattah al-Sissi.

La Libye est déchirée entre d'un côté le Gouvernement d'union nationale (GNA), reconnu par l'ONU est soutenu par la Turquie notamment, et de l'autre le maréchal Khalifa Haftar, qui règne sur l'Est et une partie du Sud du pays et qui peut compter sur le soutien de l'Egypte, des Emirats arabes unis et de la Russie.

En juin dernier, l'Egypte avait déjà averti qu'une avancée des forces du GNA vers l'Est était susceptible de provoquer une intervention armée de sa part.

Les derniers mouvements du GNA vers Syrte, ville sous contrôle du maréchal Haftar et point stratégique dans l'exploitation des ressources pétrolières libyennes, ont entraîné une nouvelle escalade des tensions.

Samedi 18 juillet, l'Allemagne, la France et l'Italie avaient appelé les puissances étrangères à ne plus violer l'embargo sur les armes en Libye et à « cesser leurs interférences » dans ce pays en proie à une guerre civile depuis 2011.

Les trois nations européennes exprimaient leurs « graves préoccupations » quant à « l'augmentation des tensions militaires » en Libye et menaçaient de sanctions les puissances étrangères soutenant les belligérants. Un avertissement qui apparaît, pour l'heure, peu dissuasif.

A La Une: Libye

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.