Gambie: Le pays procédé à l'arrestation des principaux organisateurs des réseaux d'immigration clandestine

21 Juillet 2020

Le journal The Point a été informé de sources crédibles de ce qu'une opération menée dans le cadre de l'intensification de la lutte contre l'immigration clandestine par les agents des Services de Renseignements de l'Etat, en collaboration avec des officiers des services de police de la Gambie, a connu un grand succès car elle a conduit à l'arrestation des principaux organisateurs des réseaux d'immigration clandestine.

Les suspects, répondant aux noms de Morr Diop et de Abdou Sey, sont présentement en détention préventive en attendant la fin des investigations. Une source bien informée de cette affaire, qui s'est entretenue avec le reporter du journal The Point, a confirmé ce développement.

Notre source a, en outre, ajouté que les réseaux d'immigration clandestine étaient sous surveillance pendant des mois par les agents des Services de Renseignement de l'Etat.

« Récemment, les deux principaux chefs du réseau ont contacté des jeunes désirant emprunter les dangereux chemins de l'immigration illégale, et ce, en vue de se rendre en Europe pour une vie meilleure.

Les jeunes ont été sommés de verser la somme de 45.000 dalasis chacun avant d'embarquer sur le bateau pour le voyage clandestin.

« Le jour fatidique de leur arrestation, les suspects avaient traversé la frontière sénégalo-gambienne et se trouvaient dans une cour, près de la ville de Amdalaye, qui devait servir de lieu de rendez-vous et de paiement avec les voyageurs qui avaient été recrutés par les agents du réseau d'immigration clandestine.

Ils ignoraient complètement que leur réseau avait non seulement été infiltré par les agents des Services de Renseignement de l'Etat, mais que ces derniers, en collaboration avec des agents des Services d'Immigration de la Gambie ainsi que d'autres agents de sécurité, leur avaient tendu une embuscade » a précisé notre source.

Morr et Abdou, a expliqué notre source, ont été arrêtés sur-le-champ avec une douzaine d'autres individus qui s'étaient rendus au lieu de rencontre pour s'informer des modalités financières du voyage.

Notre source a ajouté que les agents ont trouvé des articles de magie noire, des sommes d'argent, des équipements pour la traversée ainsi qu'une liste de citoyens gambiens et sénégalais qui devaient effectuer le voyage par bateau en direction des Iles Canaries.

Il est à rappeler que plus d'une centaine de jeunes gens ont perdu la vie sur les hautes mers de Mauritanie en Novembre 2019 lorsque leur embarcation, faisant route vers les Iles Canaries, s'est renversée.

L'organisateur du voyage Ousman Bahoum, alias 'Move Up', un ressortissant sénégalais résidant à Barra, avait pris refuge au Sénégal avant de revenir à Barra récemment.

« Il avait été arrêté et gardé en détention préventive pendant quelques jours avant d'être libéré. Présentement, il vaque librement à ses occupations dans la ville de Barra au plus grand désespoir des habitants de la ville qui ont tous perdu un membre de famille » a ajouté notre source.

Les parents des victimes du naufrage, a déclaré notre source, ont exprimé leur scepticisme et frustration devant l'absence de condamnations par les tribunaux dans la lutte contre l'immigration clandestine dans la mesure où Ousman Bahoum et tous ceux qui avaient été soupçonnés d'implication dans l'organisation du voyage tragique de Novembre 2019 n'ont jamais été inquiétés par la justice.

" Il reste à savoir maintenant si ces dernières arrestations conduiront finalement à des peines de prison pour les organisateurs de ces réseaux clandestins.

Car l'absence de condamnation pourrait affecter de façon négative le morale des agents de sécurité qui risquent leurs vies afin de démanteler ces réseaux et ainsi empêcher les jeunes gens de se lancer corps et âme dans ces aventures dangereuses » a continué notre source.

Nos efforts pour entrer en contact avec les agents des Services de Renseignement de l'Etat et le porte-parole des services de police de la Gambie se sont avérés vains.

A La Une: Migrations

Plus de: The Point

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.