Congo-Kinshasa: L'évêque Mukuna récuse le juge du TGI Kalamu

Pascal Mukuna reste en prison en attendant que son dossier soit fixé devant une autre juridiction après avoir récusé le premier juge, celui du tribunal de grande instance de Kalamu, qu'il accuse de partialité.

Le chef spirituel des Assemblées chrétiennes de Kinshasa (ACK) et coordonnateur du mouvement « Eveil patriotique » reste en prison. Et ce, en attendant que son dossier soit fixé devant une autre juridiction, l'évêque Pascal Mukuna ayant récusé le tribunal de grande instance de Kalamu. Il accuse les juges chargés de cette affaire de partialité, alors que l'affaire était déjà prise en délibéré et le verdict attendu.

Il a donc saisi la cour d'appel de Gombe qui devra, à son tour, désigné un autre tribunal de grande instance pour réexaminer la cause. L'affaire pourrait être fixée cette semaine, à en croire Me Jean-Claude Katende, coordonnateur adjoint du mouvement « Eveil patriotique ».

« A ce jour, le TGI de Kalamu est dessaisi du dossier. L'évêque a estimé que sa cause ne pouvait plus être examinée par un juge qui s'est montré partial, cela risquait de l'exposer à une condamnation injustifiée », a déclaré en substance Me Katende.

La nouvelle juridiction à désigner va-t-elle reprendre l'instruction du dossier à zéro ? Avis que ne partage pas totalement l'avocat.

« Tout ne va pas recommencer à zéro. Je pense que le tribunal de grande instance qui sera saisi demandera aux avocats de l'une et l'autre partie, en cas d'éléments nouveaux, d'introduire au dossier et de poser une note de plaidoirie complémentaire sur ce qui avait déjà été dit. Mais pendant ce temps, l'évêque reste en prison. Il a estimé que cela ne servait à rien de continuer à comparaître devant le TGI de Kalamu où sa condamnation était déjà acquise », a ajouté l'avocat conseil de Pascal Mukuna.

Avec la nouvelle juridiction, l'évêque est au moins sûr que si son dossier est examiné par un tribunal indépendant, il pourrait bénéficier d'acquittement.

« L'affaire était déjà prise en délibéré à la date du 17 juin 2020. Nous attendions une décision le 25 juin 2020, malheureusement à cette date-là, aucune décision n'a été rendue dans cette cause. Une recherche faite permettra d'apprendre que parmi les trois juges, deux se sont prononcés pour l'acquittement de l'évêque, un seul s'y était opposé. Il a cherché à convaincre les autres qui n'ont pas cautionné l'imposture. Sur ces entrefaites, le juge président de la chambre a estimé tout simplement qu'il fallait écarter les deux juges », a relevé par ailleurs Me Jean-Claude Katende.

On se souvient que l'évêque Pascal Mukuna est accusé de viol, menace de mort et rétention des documents parcellaires par Mme mamie Tshibola, veuve de son ancien collaborateur.

Plus de: Le Potentiel

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.