Afrique: Le Sommet Africain sur le barrage de renaissance confirme la proposition du Soudan

(Photo d'archives) - La 2e réunion ministérielle tripartite de haut niveau de l'Éthiopie, du Soudan et de l'Égypte sur le grand barrage de la Renaissance éthiopienne (GERD) s'est ouverte plus tôt dans la journée (15 mai 2018) à l'hôtel Intercontinental d'Addis Abeba.

Khartoum — Le Chef de la session en cours de l'Union africaine, Président de l'Afrique du Sud, Cyril Ramaphosa, a présidé Mardi le Sommet africain du barrage de la Renaissance par vidéoconférence avec la participation du Premier ministre Dr. Abdullah Hamdouk, le président égyptien Abdul Fattah Al-Sisi et le Premier ministre éthiopien Dr Abiy Ahmed, ainsi que la Commission du Bureau de l'UA; et les présidents du Kenya; du Congo et du Mali.

Le Ministre de l'irrigation et des ressources hydrauliques, professeur Yasser Abbas, a dit dans une déclaration à l presse; que le Sommet, après avoir été adressé par le président de la session en cours de l'UA, a écouté un rapport des experts qui ont participé à la tournée des négociations précédent en tant qu'observateurs.

Le rapport sur les aspects juridiques s'est concentré sur le nœud de négociation (futurs projets sur le Nil Bleu); car c'est une relation avec l'aspect technique et juridique.

Il a indiqué que l'argument de l'Éthiopie se concentre sur l'Accord de barrage de renaissance retient tout développement futur dans le Nil Bleu; ajoutant que les experts ont affirmé la proposition du Soudan de surmonter ce point; en indiquant que la proposition donne à l'Éthiopie le droit au développement futur, qu'il s'agisse de construire des réservoirs ou d'autres projets; à condition qu'ils soient conformes au droit international de l'eau; et informer le Soudan et l'Égypte des futurs projets.

Le Ministre de l'irrigation a affirmé que l'accord sur ce point donne à l'Éthiopie le droit de modifier certains chiffres relatifs aux méthodes de l'opération ; en soulignant que si cette proposition était adoptée, le conflit organique sur le développement futur et la conclusion d'un accord sur le premier remplissage et l'opération du barrage de la Renaissance serait rompu.

Le Professeur Abbas a signalé que les chefs des trois pays se sont adressés au sommet, soulignant que la réunion s'était déroulée dans une atmosphère positive; où ils ont affirmé les solutions africaines aux problèmes africains.

Abbas a indiqué que le sommet a affirmé la continuation des discussions et des négociations dans la période à venir afin de rapprocher le point de vue sur les points restants et le point principal, soulignant la recherche d'une solution sur le point principal facilite la conclusion d'un accord sur le reste des points.

Il a affirmé que les vues des observateurs et de l'UA ont souligné que la proposition du Soudan pouvait être un matériau de négociation, d'autant que l'Éthiopie a promis de l'étudier.

Répondant aux questions des journalistes, le ministre de l'Irrigation a déclaré que le Premier ministre Dr Abdullah Hamdouck a informé le sommet de l'objection du Soudan aux actions unilatérales de l'Éthiopie, concernant la décision de l'Éthiopie de remplir le réservoir; affirmant que le sommet a confirmé la proposition du Soudan sur ce point.

Plus de: SNA

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.