Sénégal: Une foison d'organisations pour défendre les acteurs du football national

Dakar — Des acteurs du football sénégalais ont créé en moins d'un mois des organisations de défense de leurs intérêts, pour avoir des rôles à jouer dans les décisions concernant la discipline.

Ce sont les entraîneurs qui ont lancé la première initiative, la création de leur syndicat, le 28 juin dernier.

Elu à la tête du Syndicat des entraîneurs de football du Sénégal (SEFS), Badara Sarr n'a pas fait dans la nuance en précisant que l'objectif de cette organisation est de défendre les intérêts matériaux et moraux de sa corporation.

"Nous voulons contribuer à l'essor du football national en défendant les intérêts des entraîneurs qui ont largement contribué à ce qu'il est devenu aujourd'hui", a dit Sarr qui, durant ces dernières années, a dirigé les équipes de l'AS Douanes et du Casa Sports.

Le 12 juillet, les joueurs professionnels ont également mis sur pied un syndicat chargé de défendre leurs intérêts. Elu à la tête de l'organisation syndicale, l'ancien footballeur Lamine Mboup voit se réaliser son rêve de défendre les intérêts des joueurs.

"Notre ambition a été toujours de convaincre les joueurs de football qu'ils sont des travailleurs et doivent pouvoir disposer de contrats en bonne et due forme", a expliqué Mboup.

La première bataille, a-t-il souligné, sera d'unir les footballeurs autour de cette structure, la plupart des joueurs préférant négocier en catimini leurs contrats.

Lancée en 2009, la Ligue sénégalaise de football professionnel a rarement eu à connaître des conflits entre joueurs et clubs, les uns et les autres préférant régler leurs contentieux à l'amiable ou par médias interposés.

Les préparateurs de gardiens de but, eux, ont préféré lancé une amicale pour se faire entendre et surtout mettre au point des techniques uniformes d'entraînement, a dit Sidate Sarr, l'un des coordonnateurs de ladite instance.

Interrogé sur le sujet, le président de la Fédération sénégalaise de football, Augustin Senghor, s'est réjoui de la mise en place des structures syndicales qui doivent permettre aux dirigeants d'avoir des interlocuteurs.

Augustin Senghor dit être convaincu que ces syndicats doivent permettre de faciliter les choses en définissant les droits et les devoirs des contractants.

Au côté de ces structures, le football sénégalais est déjà riche de l'Association nationale des entraîneurs et éducateurs du football, de la Coordination nationale des écoles de football du Sénégal et de l'Association des anciens internationaux.

Plus de: APS

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.