Congo-Kinshasa: L'équipe humanitaire pays publie la Revue opérationnelle

Fruit d'une introspection, l'étude a été commanditée à la suite des allégations de fraude et de corruption dans les opérations humanitaires en RDC signalées en 2018. Elle est, selon le coordonnateur humanitaire dans le pays, une contribution au débat pour améliorer les opérations humanitaires, d'abord en RDC mais aussi dans les autres pays où de telles activités sont menées dans des environnements complexes.

La communauté humanitaire en République démocratique du Congo (RDC) a rendu public, le 20 juillet, le rapport final de la « Revue opérationnelle de l'exposition aux pratiques de corruption dans les mécanismes de mise en œuvre de l'aide humanitaire en RDC ». Cette dernière, fruit d'une introspection, est une étude commanditée par l'Equipe humanitaire pays, à la suite des allégations de fraude et de corruption dans les opérations humanitaires en RDC, qui ont été signalées en 2018. « Fin 2018, des allégations de fraude et de corruption dans les opérations d'aide humanitaire en RDC ont été signalées, nous poussant à examiner de près nos modes opératoires. Aujourd'hui, en publiant le rapport de la Revue opérationnelle, nous contribuons au débat pour améliorer les opérations humanitaires, d'abord en RDC mais aussi dans les autres pays où de telles activités sont menées dans des environnements complexes », a expliqué le coordonnateur humanitaire en RDC, David Mclachlan-Karr, dans un communiqué annonçant la publication de ce rapport.

Ce haut fonctionnaire des Nations unies a, en effet, indiqué qu'en 2019, l'équipe humanitaire pays de la RDC a commandé la Revue opérationnelle grâce au soutien financier du gouvernement du Royaume-Uni, menée par des consultants indépendants. A l'en croire, cette dernière est une étude qualitative des risques de corruption et de fraude dans les opérations humanitaires en RDC. L'objectif, a-t-il expliqué, était de comprendre et analyser les mécanismes qui peuvent donner lieu à de telles dérives afin de mieux les combattre.

Chercher à atténuer les risques

David Mclachlan-Karr a relevé que la Revue opérationnelle propose des mesures pour l'atténuation des risques de fraude et de corruption à travers des recommandations stratégiques et opérationnelles adressées aux organisations non gouvernementales internationales et nationales, aux agences des Nations unies et aux bailleurs de fonds. « L'Equipe humanitaire pays a demandé à ces quatre groupes d'examiner ces recommandations et de proposer une feuille de route d'actions prioritaires d'ici septembre 2020. Alors que certaines recommandations pourront exiger des actions collectives, d'autres seront du ressort de chaque acteur humanitaire concerné », a expliqué le coordonnateur humanitaire en RDC.

A l'en croire, la Revue opérationnelle et ses recommandations viennent compléter des initiatives prises depuis janvier 2019 par la communauté humanitaire en RDC pour limiter la fraude et la corruption. « Au-delà de mon propre engagement, j'ai foi en celui de tous les membres de la communauté humanitaire en RDC à lutter contre la fraude, la corruption, l'exploitation et les abus sexuels. La Revue opérationnelle et ses recommandations contribueront justement à nous rendre encore plus transparents, crédibles et dignes de la confiance de nos bailleurs et surtout des bénéficiaires de nos programmes, avec pour but ultime de mieux servir les populations vulnérables », a-t-il souligné.

Rappelant que les Nations unies appliquent une politique de « Tolérance zéro » absolue en matière d'exploitation et d'abus sexuels, David Mclachlan-Karr, en tant que coordonnateur humanitaire, a dit sa détermination à faire en sorte qu'il soit adopté des politiques rigoureuses pour lutter contre l'exploitation et les abus sexuels ; mené des enquêtes consciencieuses et assuré la poursuite des auteurs et un soutien efficace des victimes ainsi que des survivants et survivantes.

Dans cette optique, le coordonnateur humanitaire en RDC a rappelé que certaines agences des Nations unies et organisations non gouvernementales avaient déjà réalisé des revues internes de leurs procédures opérationnelles pour identifier et corriger les faiblesses dans le contrôle et la gestion des projets humanitaires. Aussi des mesures collectives ont-elles été adoptées et mises en œuvre pour améliorer la collecte et la vérification des informations, analyser les données de ciblage par des équipes externes et assurer une surveillance et un suivi plus rigoureux par les responsables des organisations.

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.