Gambie: Massacre de migrants en 2005 - Des ONG demandent une enquête internationale

Il y a quinze ans jour pour jour, le 22 juillet 2005, une soixantaine de migrants avaient été arrêtés avant d'être exécutés par les « junglers », des soldats directement rattachés à l'ex-président gambien Yahya Jammeh quand il était au pouvoir. Seuls trois rescapés de ce massacre sont connus, et pour les ONG, de nombreuses zones d'ombres subsistent.

Les victimes se battent depuis quinze ans pour la vérité sur ce massacre, mais elles n'ont eu droit qu'à des mensonges et des dissimulations. Jusqu'à présent, l'information est sortie au compte-gouttes, année après année...

Seule, une enquête internationale est capable de remonter les faits en Gambie, d'aller voir les corps au Sénégal. On ne connaît pas encore la chaîne des événements.

On ne connaît même pas l'identité de plus de la moitié de ces victimes, parce que tout a été détruit par le gouvernement. Il y a au moins une vingtaine de familles en Afrique qui ont perdu leurs êtres chers et elles ne savent pas que ces personnes sont mortes dans les forêts, entre la Gambie et le Sénégal, exécutées sur les ordres de Yahya Jammeh.

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.