Congo-Kinshasa: Me Magloire Kasongo, SG de la DC - Nominations au sein de l'armée et la justice, un signal fort pour l'Afrique

22 Juillet 2020

Les dernières nominations au sein de la magistrature et l'armée continuent à défrayer la chronique. Dans un entretien avec un limier du «Phare», Maître Magloire Kasongo, Secrétaire Général de la Démocratie Chrétienne de Diomi Ndongala, et Coordonnateur Adjoint des Forces politiques alliées à l'UDPS, a estimé que ces ordonnances prises par le Président de la République Félix Tshisekedi constituent un signal fort pour que la RDC devienne une référence africaine. Un modèle en matière très controversées du vécu de l'Etat de droit et du respect fondamental des droits humains ainsi que des libertés civiles et politiques. Libertés consécutives à la vraie démocratie gouvernante, rêve prestigieux des pères fondateurs de l'UDPS, à l'instar du Docteur Étienne TSHISEKEDI d'heureuse mémoire, a-t-il indiqué.

De manière progressive, cet allié de l'Udps, pense que le Président de la République est en train de réaliser ses différentes promesses. Voilà une manière de concrétiser le rêve de tout un peuple. Cet engagement inscrit parmi ses priorités, constitue le fondamental du dogme "le peuple d'abord" qui fut la boussole du combat politique du Docteur Étienne Tshisekedi et de l'UDPS. Il s'agit du bien-être global du peuple congolais.

Pour Maitre Magloire KASONGO, Il était donc temps, de procéder aux réformes dans l'armée, dans le système judiciaire ainsi que dans l'ensemble des secteurs de la vie nationale, en donnant du répondant à la connaissance et à l'expérience comme critères de base dans le processus du changement enclenché par la législature du Président Félix Tshisekedi.

La perception de tous ces actes sous l'angle d'une coalition politique constitue en soi une ignorance ou une preuve de cécité également coupable car, ce n'est qu'au nom d'un seul «Chef» qu'agit le Président de la République. Il s'agit du vaillant peuple congolais par la volonté de qui, il a accédé à la magistrature suprême, et au destin de qui, il gouverne.

Certes, la coalition CACH-FCC est l'expression de la maturité politique des deux partenaires qui sont appelés à s'organiser pour la bonne gouvernance, le Chef de l'État reste le donneur d'impulsion de sa gouvernance, sachant pertinemment bien qu'il rendra seul compte au peuple congolais par devoir de redevabilité.

Maitre Magloire KASONGO a relevé que la situation au sein de la coalition ne peut donc pas constituer un arrêt de la République. Les problèmes étant inhérents à la nature humaine, on finit toujours par trouver par la maturité et la volonté politique une solution satisfaisante. Il va de soi, qu'un cadre de concertation permanent puisse demeurer afin de promouvoir un climat d'entente et de cohabitation pacifique dans le cadre de la coalition. Sans que ceci ne puisse constituer un blocage pour l'avancement du pays et la poursuite du programme de réforme en cours. Saluant ces réformes, Magloire KASONGO a appelé à la conscience des compatriotes nominés qui, devront répondre à travers leur savoir-faire aux attentes du peuple congolais au regard de la confiance leur faite par le Chef de l'État. Car, ils ont dorénavant la charge et non le privilège de servir le pays. Ils doivent accompagner le magistrat suprême dans sa lutte acharnée contre la corruption, l'impunité et toute forme d'antivaleur de quelque nature que ce soit.

De manière singulière, Magloire Kasongo a invité les animateurs de l'agence de prévention et de lutte contre la corruption à faire respecter la notion du bien public en référence notamment au rapport du professeur Luzolo Bambi Lesa.

Pour ce qui est de la covid-19, il a souligné la nécessité d'envisager d'autres réformes aussi sur le plan économique tant dans la mobilisation des recettes que dans leur canalisation dans le compte du trésor, afin de rencontrer l'aspiration profonde du peuple congolais sur le plan social qui reste encore un grand chantier à construire.

Plus de: Le Phare

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.