Guinée: Heurts entre des manifestants et des bérets rouges déployés à Kankan

En Guinée, les jeunes de la ville de Kankan dans la région de la Haute Guinée ont manifesté, ce mardi 21 juillet, pour exiger la fin des délestages. C'est la quatrième manifestation du genre dans ce fief du RPG, le parti au présidentiel, depuis un mois. Mais cette fois-ci, la marche a dégénéré et les béres rouges ont même été appelés.

À Kankan, les manifestants réclament depuis plusieurs semaines la fin des délestages et la fourniture d'électricité dans cette ville acquise au pouvoir.

Selon Souleymane Sacko, l'un des leaders du mouvement des citoyens pour l'électrification de la Haute Guinée, mouvement qui mène cette fronde sociale, ils avaient organisé une marche pacifique afin d'aller remettre leur doléance au gouverneur pour la construction d'un barrage hydroélectrique à Kankan, confrontée à d'énormes problèmes récurrents d'électricité.

C'est pendant cette marche que les forces de l'ordre sont intervenues pour disperser les manifestants à coup de gaz lacrymogène.

Il y a eu des jets de projectiles de la part des manifestants. La police s'est rapidement retrouvée débordée et les bérets rouges, la garde présidentielle, a été appelée en renfort puisque l'armée guinéenne dispose d'une caserne à Kankan.

Sur place, cette intervention des militaires des bérets rouges est qualifiée d'illégale par les manifestants et les associations des droits de l'homme.

Dans les règles liées à la gestion des forces de l'ordre en Guinée, l'armée, dont font partie les bérets rouges, ne doit être déployée qu'en cas d'un état de siège ou de catastrophe annoncée, nous dit Abdoul Gadiry Diallo, le président de l'Organisation guinéenne des droits de l'homme (OGDH). Et cette organisation dénonce d'ailleurs « une violation des principes républicains ».

En effet, le déploiement des bérets rouges est une prérogative du président de la République, en consultation avec l'Assemblé nationale. Une procédure qui n'a pas été respectée dans ce cas-là.

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.