Afrique: Barrage de la Renaissance - Un accord "contraignant" prend forme

Grand Ethiopian Renaissance Dam.

Alger — Un accord "contraignant" a pris forme lors du mini-sommet africain sur la question du barrage de la Renaissance, construit par l'Ethiopie sur le Nil bleu, ouvrant la voie à un accord global sur l'exploitation et le partage des eaux du fleuve.

Lors du mini-sommet africain qui s'est tenu en vidéoconférence, les pays impliqués dans le différend (Ethiopie, Egypte et Soudan) sont parvenus à formuler un accord "contraignant", en d'autres termes "une proposition de compromis sur le volet juridique et technique" lié à l'exploitation et le remplissage du méga-barrage construit en amont du Nil et le partage des eaux du fleuve, source de fortes tensions entre les trois pays.

Au cours de la réunion, le président égyptien, al-Sissi, a déclaré que son pays souhaitait "réaliser des progrès sur des questions controversées qui sont essentielles pour parvenir à un accord équilibré" dans les négociations sur le barrage. Il a souligné que "pour trouver un accord global, il faut une volonté politique de renforcer les possibilités et les efforts pour parvenir à l'accord souhaité qui réalise les intérêts communs des trois pays".

A l'issue des travaux du sommet, la présidence égyptienne a annoncé que l'Egypte "était d'accord avec l'Ethiopie et le Soudan pour donner la priorité à la formulation d'un accord contraignant sur les règles de remplissage et d'exploitation du barrage".

Selon l'agence de presse soudanaise (Suna), le rapport des experts sur les aspects juridiques s'est concentré sur "le nœud" des négociations, à savoir, les futurs projets sur le Nil Bleu.

Les experts engagés dans le processus des négociations en tant qu'observateurs, ont appuyé la proposition du Soudan de surmonter ce point, en indiquant que le Soudan avait formulé une proposition dans ce sens donnant à l'Ethiopie "le droit de construire des réservoirs ou d'autres projets dans le futur, à condition qu'ils soient conformes au droit international de l'eau, et que le Soudan et l'Egypte soient informés des futurs projets".

Une "grande compréhension" ouvre la voie à un "grand accord"

Coté éthiopien, le Premier ministre, Abiy Ahmed, a constaté une "grande compréhension" lors du mini-sommet africain, ce qui ouvre la voie, a-t-il dit, "à un énorme accord" sur le projet de barrage.

En conséquence, l'Egypte, l'Ethiopie et le Soudan se sont entendus pour tenir de nouvelles discussions "techniques" sur la mobilisation du barrage en vue d'un "accord global".

A ce titre, Abiy Ahmed a annoncé l'achèvement de la première étape de remplissage du barrage à la faveur de la saison des pluies.

L'Ethiopie juge le Gerd essentiel pour son développement économique. L'Egypte, dont l'irrigation et l'eau potable dépendent à 90% du Nil, le considère comme "une menace grave".

Le projet de barrage Renaissance sur le Nil Bleu a provoqué des tensions dans la région du bassin du Nil depuis que l'Ethiopie a commencé à le construire en 2011.

A La Une: Algérie

Plus de: Algerie Presse Service

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.