Angola: ONU - Les relations sont excellentes - Balladelli

Luanda — Le coordonnateur résident du système des Nations Unies en Angola, Paolo Balladelli, a considéré mardi à Luanda comme excellentes les relations entre l'ONU et l'Etat angolais.

En intervenant dans l'espace "Grande Entrevista" de la Télévision publique d'Angolaise (TPA), Balladelli a déclaré que le gouvernement angolais et ses partenaires travaillaient ensemble pour mettre en œuvre le Plan de développement national.

Selon le diplomate onusien, dans le cadre de cette coopération, des domaines prioritaires ont été identifiés, dont l'un est la mobilisation des ressources pour promouvoir l'agriculture et la pêche.

L'objectif de ces deux secteurs est de permettre aux familles et aux petites entreprises angolaises d'accéder à la productivité et au commerce, grâce au crédit bancaire, a souligné Paolo Balladelli.

A cet égard, le diplomate onusien, qui est en fin d'un mandat de plus de neuf ans, a fait savoir qu'il existait un partenariat avec les banques Mondiale et Africaine de développement, visant la mobilisation de l'économie nationale, dans les municipalités et les communautés.

Dans le domaine interne, il a estimé que le gouvernement était fermement résolu à lutter contre la corruption et les autres pratiques préjudiciables à la société.

Il a demandé le soutien des partenaires internationaux pour accomplir le plus rapidement possible cette tâche, soulignant que le PNUD travaillait déjà avec les autorités angolaises à cet égard, mais que l'ONU a l'intention d'installer en Angola un Bureau de lutte contre la criminalité liée aux drogues, plus tard cette année.

La présence de ce nouvel organe, a-t-il renchéri, peut être un facteur transcendantal pour soutenir la lutte contre la corruption, qui s'est intensifiée depuis 2017, se traduisant par l'arrestation et l'enquête de diverses personnalités liées à l'appareil d'État.

Paolo Balladelli a également souligné les progrès de l'Angola dans la défense et la promotion des droits sociaux, civils et politiques. Il a rappelé que l'Angola avait récemment ratifié trois traités internationaux (non spécifiés) et avait fait les efforts nécessaires pour les appliquer.

"Pour moi, un indicateur très clair de l'intérêt de l'Angola est tout le travail qu'il fait dans le domaine des droits sociaux, civils et politiques, où, souvent, la relation entre ce pays et l'ONU est un peu faible", a déclaré Balladelli, qui a travaillé en Angola pendant neuf ans et trois mois.

Cependant, le haut fonctionnaire des Nations Unies a souligné qu'il y avait encore beaucoup de travail à faire pour que les droits de l'homme puissent se matérialiser dans tous les aspects de ce pays africain.

Concernant l'entrée de l'Angola au Conseil des droits de l'homme des Nations Unies, il a qualifié de positive la mission angolaise, vu que ce pays africain a de l'expérience, en raison de la guerre civile et de la récente crise économique.

D'un autre côté, il a salué le rôle de l'Angola dans la médiation des conflits, en particulier dans la région des Grands Lacs, où le pays a fait "un excellent travail" dans la recherche de la paix.

Cependant, il a encouragé l'Angola à faire un effort interne pour avoir plus d'Angolais dans les organisations internationales, car, à son avis, ils sont très peu.

Données personnelles

Paolo Balladelli, de nationalité italienne, est titulaire d'un doctorat en médecine, spécialisé en santé publique de l'Université de Bologne, Italie. Il est candidat à un doctorat en sciences politiques à l'Université catholique d'Argentine.

Depuis 2011, il est coordonnateur résident du système des Nations Unies en Angola. Avant cette mission, il était représentant de l'OMS en Argentine, au Guatemala, en Colombie et en Croatie. Il a été coordonnateur régional des actions de l'OMS face à l'urgence de la crise syrienne, résidant en Jordanie, ayant également travaillé au bureau d'urgence de l'OMS-Genève.

Auparavant, il a également travaillé avec le ministère des Affaires étrangères d'Italie, exerçant les fonctions de coordinateur pour la région des Grands Lacs (Afrique). Entre 1984 et 2000, il a coordonné des programmes de développement en Equateur et en Bolivie.

Plus de: ANGOP

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.