Madagascar: Trial - Une académie en gestation

La star du trial malgache, Samuel Andrianantenaina, poursuit la vulgarisation avec un grand «V» de cette discipline associée au cyclisme. Il projette d'ouvrir une école très prochainement à Antsirabe.

DYNAMIQUE. Les projets se suivent mais ne se ressemblent pas pour la star du trial malgache, Samuel Andrianantenaina alias Sami Andria.

Après le tournage d'un court métrage début juin des séances de démonstration au bord du lac Tritriva, un des sites touristiques les plus visités de la région Vakinankaratra, et en attendant les prochains tournages dans d'autres sites, Sami a annoncé sur les réseaux sociaux au début de cette semaine qu'il projette de créer une Académie du trial à Madagascar. «Je veux promouvoir à fond cette discipline. Je veux partager le monde magique du trial », poste-t-il sur sa page facebook.

«J'ai un grand projet. Cela commence toujours par un rêve et on a tous le droit de rêver ... Ce projet se réalisera bientôt grâce à l'aide de Crewkertz, un de mes partenaires, une boîte spécialiste du sport extrême», poursuit le grand rider d'Antsirabe. Ce sera une école d'initiation et de perfectionnement, outre le partage de passion de ce sport extrême associé au cyclisme.

«Nous comptons l'ouvrir dans la ville d'Antsirabe juste après la levée du confinement et l'état d'urgence sanitaire. L'objectif est de préparer la relève et de former les jeunes qui pourront plus tard représenter le pays, pourquoi pas, aux compétitions internationales » lance-t-il.

Sponsorisé

L'équipement principal est le vélo pour faire du trial, outre les différents accessoires de protection. «On peut fabriquer un vélo de trial localement depuis des années. Mais on peut aussi les importer. Crewkertz, mon sponsor, a déjà promis de doter l'Académie de quelques machines », confie Sami Andria, initiateur du projet. Un vélo de trial fabriqué artisanalement coûte environ 700 000 ariary, tandis qu'un engin de marque s'achète à partir de 3 millions d'ariary au Crewkerz.

«L'Académie sera ouvert à tous : les enfants âgés à partir de 6 ans, garçons et filles peuvent le faire et bien sûr les jeunes juniors puis pro ou élite », explique Sami Andria. Plus d'une centaine de trialistes pratiquent la discipline dans tout Madagascar. Les riders qui évoluent dans les villes d'Antsirabe, de la Capitale, d'Antsiranana, de Toamasina et de Fianarantsoa, sont plus actifs par rapports aux autres.

Le premier championnat national s'est tenu l'an passé dans la ville d'eaux et a réuni tous les passionnés des régions. La version 2020 a du être annulée à cause de l'épidémie du coronavirus. Les trialistes de la Grande île projettent aussi, plus tard, de participer à des compétitions internationales mais l'obstacle est le même pour tous les sportifs, les moyens financiers. «Nous pourrons par exemple, nous inscrire et participer à plusieurs compétitions organisées par l'UCI Trial en Europe », informe Sami Andria.

Plus de: L'Express de Madagascar

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.