Gambie: Un témoin accuse l'ancien président Jammeh de l'inconduite

23 Juillet 2020

Un témoin anonyme a déclaré hier devant la Commission Vérité, Réconciliation et Réparations que l'ancien Président Yahya Jammeh touchait les parties intimes des patients qui suivaient son Traitement Alternatif contre le VIH/SIDA.

Témoignant devant les commissaires, le témoin a révélé qu'elle portait une grossesse lorsqu'elle a été diagnostiquée séropositive il y a environ 14 ans.

Elle a ajouté que son bébé est décédé un mois après sa naissance. Elle pensait que le virus était la cause de sa mort.

Poursuivant son témoignage, le témoin a affirmé que l'ancien Président avait déclaré sur les antennes de la télévision nationale qu'il était capable de guérir les patients séropositifs au bout de deux semaines. Elle a alors décidé de suivre son Programme de Traitement Alternatif mais a réalisé plus tard que ce n'était rien d'autre qu'un canular.

Elle a précisé que les patients venaient d'horizons divers dans l'espoir que l'ancien Président Jammeh les aiderait à recouvrer la santé.

"Je n'ai jamais voulu être filmée à cause des préjugés associés au virus. Les paramilitaires et les soldats étaient constamment présents. Nous n'étions donc pas à mesure de les empêcher de nous filmer ou d'échapper du centre de traitement ».

Elle a révélé à la Commission que les patients avaient tous été transférés à Kanilai dans le but de suivre le traitement alternatif. Chaque patient recevait une serviette et un bol à son arrivée.

« Ansumana Jammeh administrait les medicaments. Le Dr Mbowe était également présent en tant qu'assistant à Yahya Jammeh. Il y avait aussi deux infirmières présentes répondant aux noms de Nyima Badjie et d'Awa Njie. Jawara et Lamin Sanneh aidaient l'ancien Président Jammeh à faire les massages ».

Elle a confirmé que l'ancien Président Jammeh demandait aux femmes de se mettre entièrement nue et de se coucher sur le dos. Il leur appliquait ensuite une crème sur tout le corps, y compris les parties intimes.

Le témoin a déclaré à la Commission que l'ancien Président avait accusé certains patients de sorcellerie au cours du traitement. Ces derniers avaient été par la suite renvoyés du centre de traitement.

« Certains patients ont été paralysés tandis que d'autres sont décédés des suites du Traitement Alternatif. L'ancien Président nous a administré des concoctions appelées 'jinneh', 'omo', et 'chakery' qui ont rendu certains patients très malades », a-t-elle témoigné.

Elle a confirmé que certains patients ont effectué des travaux champêtres alors que d'autres devaient servir de manœuvres.

En conclusion, elle a affirmé que le traitement alternatif a eu des effets néfastes dans sa vie, car elle a été expulsée de sa cour lorsque le propriétaire a découvert qu'elle était séropositive.

Plus de: The Point

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.