Sud-Soudan: La violence menace de famine plus de 60.000 personnes

Le Programme alimentaire mondial (PAM) distribue de la nourriture dans la zone administrative du Grand Pibor, dans la partie orientale du Soudan du Sud
23 Juillet 2020

En raison de l'insécurité, plus de 60.000 personnes sont menacées de famine dans certaines parties du Soudan du Sud, ont mis en garde jeudi le Programme alimentaire mondial des Nations Unies (PAM) et l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO).

La persistance d'une violence récurrente à Jonglei et dans la zone administrative du Grand Pibor, dans la partie orientale du Soudan du Sud, a déjà déplacé plus de 60.000 personnes et compromet la sécurité alimentaire et les moyens de subsistance de plus en plus de personnes, ont alerté les deux agences alimentaires de l'ONU, dans un communiqué.

Le PAM et la FAO craignent que la violence n'ait mis fin à l'exploitation agricole. Ce qui réduirait les récoltes pour le reste de l'année et priverait les communautés de bétail, comme source de nutrition. «

Au plus fort de la principale saison des semis, l'insécurité empêche les agriculteurs de se rendre dans leurs champs pour cultiver des cultures vivrières.

Et les éleveurs ne sont pas en mesure de suivre leurs schémas migratoires traditionnels pour faire paître leurs animaux », a déclaré Meshack Malo, représentant de la FAO au Soudan du Sud.

Plus de 430 tonnes de denrées alimentaires du PAM pillées

« Lorsque les raids sur le bétail font partie de la violence, les communautés perdent des animaux essentiels à leurs moyens d'existence et ne peuvent pas participer à des activités agricoles productives, ce qui entraîne une plus grande sécurité alimentaire », a-t-il ajouté.

Or selon le Représentant du PAM au Soudan du Sud, Matthew Hollingworth, il est difficile de « remplacer les calories que le lait donne aux enfants lorsque le bétail est pris et qu'une année de lait est perdue ». « Et nous avons à peine les ressources suffisantes pour répondre aux besoins actuels », a fait valoir M. Hollingworth.

En outre, la violence a entraîné le pillage de l'aide alimentaire humanitaire qui devait servir à soutenir les personnes les plus vulnérables.

Plus de 430 tonnes de denrées alimentaires du PAM ont été perdues à la suite du pillage des entrepôts de l'agence onusienne et de ses partenaires dans les zones touchées.

« Il n'y aura pas de vainqueur dans ce conflit : cette violence risque de provoquer une insécurité alimentaire calamiteuse à long terme dans toute cette région, pour le reste de l'année », a déploré M. Hollingworth.

La violence dans l'est du Soudan du Sud augmente le nombre de personnes souffrant de la faim juste au moment où le pays est actuellement dans une période de soudure annuelle.

Au moins 6,5 millions de personnes - plus de la moitié de la population totale - sont confrontées à une grave insécurité alimentaire aiguë et ont besoin d'une aide humanitaire.

Selon un rapport du Cadre intégré de classification de la sécurité alimentaire (IPC), la zone administrative de Pibor est maintenant confrontée à des niveaux d'urgence d'insécurité alimentaire (IPC Phase 4).

Au début de l'année, trois comtés de Jonglei comptaient des personnes classées à un niveau « catastrophique » d'insécurité alimentaire (IPC Phase 5).

« Leur sécurité alimentaire ne devait s'améliorer que si une aide alimentaire humanitaire cohérente pouvait être fournie. Mais cela s'est avéré impossible en raison des combats dans la région », ont prévenu la FAO et le PAM.

A La Une: Organisations Internationales et l'Afrique

Plus de: UN News

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.