Nigeria: L'ONU condamne le meurtre de civils et travailleurs humanitaires

23 Juillet 2020

Les Nations Unies ont condamné le meurtre mercredi de cinq civils, dont trois travailleurs humanitaires par un groupe armé dans le nord de l'État de Borno, situé dans le nord-est du Nigéria.

Les trois humanitaires travaillaient pour les organisations non-gouvernementales ACTED, International Rescue Committee (IRC) et Action contre la faim (ACF).

Par la voix de son porte-parole, le Secrétaire général de l'ONU, António Guterres, a fermement condamné ces meurtres. Dans un communiqué publié jeudi soir, M. Guterres a appelé les autorités nigérianes à ne ménager aucun effort pour identifier et traduire rapidement en justice les auteurs de ces meurtres.

Le coordinateur humanitaire au Nigéria, Edward Kallon, s'est dit choqué et horrifié par ces « meurtres horribles » qu'il a également fermement condamné ainsi que toutes les violences visant les travailleurs humanitaires et les civils qu'ils aident.

« C'étaient des humanitaires dévoués qui ont consacré leur vie à aider les personnes et les communautés vulnérables dans une zone fortement touchée par la violence », a rappelé M Kallon dans un communiqué publié au lendemain des meurtres.

Les trois humanitaires tués mercredi avaient été enlevés en juin alors qu'ils voyageaient sur une route principale reliant la ville de Monguno à Maiduguri, la capitale de l'État de Borno. « Leur sécurité et la sécurisation de leur libération ont été notre priorité absolue depuis leur capture le mois dernier », a rappelé le coordinateur humanitaire.

L'ONU est préoccupée par le nombre de points de contrôle illégaux pour les véhicules qui ont été mis en place par des groupes armés non étatiques le long des principales routes d'approvisionnement humanitaire. « Ces points de contrôle perturbent la fourniture d'une assistance vitale et augmentent les risques pour les civils d'être enlevés, tués ou blessés, les travailleurs humanitaires étant de plus en plus pointés du doigt », a déploré M. Kallon.

« Cesser de viser les travailleurs humanitaires et les civils »

La mort des membres d'ACTED, d'IRC et d'ACF n'est tragiquement pas le premier meurtre de travailleurs humanitaires kidnappés au Nigéria. « Nous avons demandé à maintes reprises qu'un sort aussi dévastateur et une violation flagrante du droit international humanitaire ne se reproduisent plus », a dit M. Kallon. « Et pourtant, c'est le cas. J'implore toutes les parties armées de prendre leurs responsabilités et de cesser de viser les travailleurs humanitaires et les civils ».

Après l'annonce de ces meurtres, le Secrétaire général de l'ONU a réaffirmé que les attaques contre des civils, y compris des travailleurs humanitaires, sont une violation du droit international humanitaire. « Le droit international relatif aux droits de l'homme et le droit international humanitaire doivent être pleinement respectés, y compris l'obligation de protéger les civils », a rappelé son porte-parole.

Le coordinateur humanitaire au Nigéria et le Secrétaire général de l'ONU ont exprimé leurs plus sincères condoléances aux familles des victimes et à leurs proches.

10,6 millions de personnes ont besoin d'un soutien urgent dans le nord-est du Nigéria (OCHA)

Les travailleurs humanitaires et l'assistance qu'ils apportent aux populations les plus vulnérables font la différence entre la vie et la mort pour des communautés entières. Selon le Bureau de la coordination des affaires humanitaires des Nations Unies (OCHA), près de huit millions de personnes avaient besoin d'une aide vitale urgente dans le nord-est du Nigéria au début de l'année.

« Aujourd'hui, 10,6 millions de personnes ont besoin d'un soutien urgent alors que les États (fédérés du Nigéria) touchés par le conflit luttent contre la pandémie de Covid-19 », a prévenu M. Kallon. « À un moment où les besoins humanitaires ont atteint des niveaux sans précédent, il est inacceptable que ceux qui tentent d'aider soient attaqués et tués », a-t.il ajouté.

Pour OCHA, cet incident ne dissuadera pas la communauté internationale de fournir une aide à des millions de Nigérians qui ont désespérément besoin d'assistance dans le nord-est du pays « La communauté humanitaire est solidaire des habitants des États de Borno, d'Adamawa et de Yobe qui ont souffert de longues années de conflit et ont désormais besoin d'une protection contre un virus mortel », a souligné M. Kallon.

Plus de: UN News

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.