Afrique: Les inégalités femmes-hommes dans les médias ont augmenté durant la pandémie de Covid-19, selon une enquête de la FIJ

communiqué de presse

La plus grande organisation mondiale de journalistes professionnels et son Conseil du genre appellent les organisations de médias et les syndicats à faire de l'égalité des sexes une priorité dans leur réponse à la pandémie et exigent des médias des mesures concrètes afin de garantir des conditions de travail décentes pour les femmes journalistes. L'enquête de la FIJ sur l'impact de la COVID-19 sur les femmes journalistes a été menée entre le 19 et le 30 juin.

Plus de la moitié des femmes ayant répondu à l'enquête ont pointé une augmentation des inégalités entre les sexes dans l'industrie des médias, avec des conséquences dévastatrices sur la conciliation du travail et de la vie privée pour 62% d'entre elles, sur leurs responsabilités professionnelles (46%) et sur leurs salaires (27%).

L'enquête menée auprès de 558 femmes journalistes, dont 66% étaient syndiquées, a également mis en lumière d'autres conséquences de la pandémie de Covid-19:

Plus de ¾ des femmes ont vu leur niveau de stress augmenter, la moitié d'entre elles indiquant que le cumul des tâches en était la cause principale;

Plus de la moitié ont déclaré que leur santé avait été affectée, engendrant des problèmes de sommeil pour près des ¾ d'entre elles ;

Seules 4 femmes journalistes sur 10 ont déclaré avoir reçu des équipements de protection adéquats de la part de leur employeur ;

Plus de la moitié affirment que les syndicats n'ont pas adopté de stratégie spécifique pour lutter contre les inégalités entre les sexes pendant la pandémie ;

Plus des ¾ ont déclaré que le niveau de harcèlement (y compris en ligne) et d'intimidation n'a pas augmenté pendant la crise ;

60 % ont déclaré que leur industrie avait adopté un protocole pour le télétravail ;

Un tiers affirment travailler "principalement à domicile" et un autre tiers a travaillé principalement au bureau. Quinze pour cent déclarent avoir travaillé essentiellement sur le terrain ;

Les femmes journalistes ont invoqué diverses causes à leur stress, notamment le fait de travailler de manière isolée, les brimades des patrons, la charge familiale et l'enseignement à domicile, les tensions domestiques, l'augmentation de la charge de travail et les délais serrés, les longues heures de travail, l'impact psychologique lié à la couverture de la pandémie, la crainte de perdre leur emploi.

Une journaliste d'Indonésie a déclaré : "J'ai peur de perdre mon travail. Certains médias ont fermé ou réduit leur nombre de collaborateurs et diminué les salaires de niveau moyen à supérieur.

J'ai peur que mon bureau ne ferme aussi. Je suis également stressée par la mauvaise connexion internet et la forte attention que je dois porter sur mon écran d'ordinateur de jour comme de nuit".

"Dans chaque couple hétérosexuel que je connais, c'est la femme qui a le plus souffert de la situation", a déclaré une journaliste espagnole. "Les femmes travaillent à la maison, jonglent avec la garde des enfants et leur éducation en plus de leur travail.

Certaines ont réduit leurs horaires de travail pour faire face à cette situation, d'autres ont dû risquer la santé de leurs parents vulnérables pour s'occuper des enfants plutôt que de laisser le père assumer la moitié de ces tâches. "

Les femmes interrogées ont fait des recommandations concrètes pour améliorer les protocoles de télétravail, telles que l'obligation pour les employeurs de fournir des équipements de travail adéquats, y compris une bande passante suffisante, l'encadrement des horaires de travail et de pause, et la prise en compte de la réalité du travail à domicile doublé de la garde des enfants.

Plus de 2/3 des femmes ont souligné l'impact négatif des réductions de financement des médias sur les stratégies de l'industrie en matière de genre.

Elles ont notamment dénoncé l'accent mis sur le profit et la concurrence au détriment du travail sur le genre, modifiant les priorités des médias et précarisant davantage les femmes qui sont plus touchées par les plans sociaux et moins bien payées.

Dans l'ensemble, les femmes journalistes ont convenu que les meilleures stratégies pour atteindre une nouvelle norme d'égalité femmes-hommes étaient de nature économique : plus de financement des médias, de meilleurs salaires, plus de possibilités d'avancement professionnel.

"La lutte pour l'égalité des sexes doit être abordée en priorité. L'équilibre entre les heures privées et les heures de travail doit être clairement énoncé. L'égalité des salaires doit être considérée comme la nouvelle 'normalité'", a déclaré une photographe suisse.

Maria Angeles Samperio, présidente du Conseil du genre de la FIJ, a déclaré : " Les médias et les syndicats doivent faire beaucoup plus pour lutter contre les inégalités entre les sexes et prendre en compte la conciliation du travail et de la vie privée en ces temps troublés.

Ils doivent entendre les appels des femmes qui ont été profondément affectées par le stress durant la pandémie, et y répondre. Il est temps de mettre en place de véritables politiques de télétravail, de veiller à ce que les femmes soient soutenues dans leur carrière et d'offrir un travail décent et un salaire égal."

Le Secrétaire général de la FIJ, Anthony Bellanger a déclaré : "Nous demandons à nos affiliés de faire de l'égalité femmes-hommes une priorité et de réfléchir à la meilleure façon de soutenir leurs affiliées. Un tel soutien comprend la publication de données sur les femmes dans la profession, l'intégration de la dimension de genre dans toutes les activités, la mise en place d'un programme de formation pour les femmes, l'accès des femmes aux postes à responsabilité dans les structures syndicales, la création de comités de femmes et de politiques sur l'égalité femmes-hommes et la négociation de meilleurs accords pour les femmes avec les directeurs de médias. Il est urgent de changer le discours en faveur d'une nouvelle norme solide en matière d'égalité femmes-hommes."

Télécharger les questions de l'enquête

Consulter également l'étude de la FIJ parue en avril 2020 sur Le Covid infecte la liberté de la presse dans le monde et ses résultats pour les femmes journalistes.

Plus de: IFJ

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.