Burkina Faso: Tensions élection à la FBF - Le ministère des Sports siffle l'apaisement

Face à la tension assez palpable avant l'élection du président de la Fédération burkinabè de football, le ministère des Sports et des Loisirs veut calmer le jeu. C'est la raison pour laquelle il a organisé le 22 juillet 2020 une rencontre avec les différents candidats pour leur demander de jouer la carte de l'apaisement.

Les positions se durcissent au fur et à mesure que le processus électoral devant conduire au choix d'un nouveau président de la fédération burkinabè de football avance.

Pas plus tard que le 20 dernier, 5 candidats étaient montés au créneau pour pointer un doigt accusateur sur le bureau exécutif sortant, qu'ils accusent de favoriser l'un des prétendants.

Après ces sorties médiatiques, le ministère des Sports, garant de la bonne conduite des activités sportives au Faso, veut calmer le jeu.

«Tant que nous n'allons pas nous parler franchement et prendre des résolutions pour aller de l'avant, nous allons tourner autour du pot», a souligné le SG de la tutelle sportive, Hermann Ziguim Yabré, qui représentait son patron, Daouda Azoupiou.

D'ailleurs les plaignants, Amado Traoré, Bertrand Kaboré, Mory Sanou, Laurent Blaise Kaboré et Abdoul Karim Baguian dit Lota, ne voulaient pas de la présence du président de la fédération, Sita Sangaré, à cette rencontre.

«Il y a un problème sérieux au sein de notre football. C'est le comportement et l'attitude de la fédération vis-à-vis de ces élections et il se trouve que cette rencontre ne peut avoir lieu parce que nous avons demandé à rencontrer le ministre pour exposer les problèmes.

Nous n'avons pas pu échanger correctement .Nous espérons qu'une autre rencontre se tiendra et qu'on pourra se parler», a souhaité Amado Traoré.

Les accusés n'avaleront pas ce qu'on leur reproche. «On lance des accusations à l'emporte-pièce qu'on ne peut même pas soutenir par la moindre preuve... il sera difficile qu'on avance. Les textes ne sont pas faits pour arranger des individus mais pour aller dans le sens de l'intérêt général» a regretté le colonel Sita Sangaré.

De son côté, Lazare Banssé demande à ses adversaires de mettre l'accent sur leur propre programme, au lieu de s'attaquer à lui. «Nous demandons aux autres de faire preuve de responsabilité et d'aller à la recherche des électeurs. Il ne faut pas s'occuper des adversaires, vous perdez du temps.

En stratégie marketing, c'est votre produit que vous cherchez à vendre, mais n'allez pas dire que telle entreprise à fait ceci ou cela... vous perdez votre temps.

Allons aux urnes, choisissons notre président et le 22 août, on va s'asseoir ensemble pour voir comment composer une équipe consensuelle qui va prendre en compte tous les acteurs du football», s'est exclamé le candidat Banssé.

A partir de cette rencontre, l'on ne pourra pas dire que le mercure a baissé. La tension était toujours perceptible. C'est d'ailleurs la raison pour laquelle le département des sports s'est engagé à poursuivre les discussions pour qu'in fine, la sérénité revienne sur le terrain.

Plus de: L'Observateur Paalga

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.