Sénégal: Fonds vert climat - Le pays lance son 4ème programme

24 Juillet 2020

Le ministère de l'Environnement et du développement durable a procédé au lancement du 4ème programme Readiness de Fonds vert climat hier, jeudi 23 juillet 2020, en présence du Directeur Général de la Banque Agricole, Malick Ndiaye, et de Baba Drame, Directeur de l'environnement et des établissements classés.

Venu remplacer son ministre de tutelle, le Directeur de Cabinet du ministère, Ndiaye Cheikh Sylla, a annoncé que le Fonds vert climat devrait mobiliser cent milliards de dollars par an. L'objectif est de préparer un pipeline de projets sobres en carbone et résilients au climat impliquant le secteur privé.

L e Directeur de Cabinet du ministre de l'Environnement et du développement durable, Ndiaye Malick Sylla, a rappelé hier, jeudi, que le Sénégal a procédé au lancement de son premier programme de préparation pour le Fonds vert climat communément appelé Readiness.

«Nous avons pu évaluer notre programme pays 2018- 2035 en partenariat avec le Fonds vert climat. Il va nous permettre d'établir un dispositif national des projets ».

Pour lui, la mise en œuvre de ce cadre sectoriel traduit la volonté du ministère de l'Environnement et du développement durable de promouvoir une démarche participative et transparente pour assurer la population nationale des projets du Fonds vert climat.

Selon M Sylla, le premier Readness comme le deuxième et le troisième ont apporté un accompagnement technique au sein du suivi économique pour un redressement du niveau d'accréditation.

« Aujourd'hui, nous lançons le programme avec la Banque agricole, entité privé nationale, pour faciliter les accréditations. Le Fonds vert climat est un instrument de la convention-cadre des Nations Unies», ajoutera-t-il.

Baba Dramé, directeur de l'Environnement et des établissements classés s'est dit pour sa part d'avis que « ce programme va permettre à notre pays de bénéficier des opportunités de financement propre comme le Fonds vert pour le climat ».

Il a estimé en outre qu' « avoir la Banque Agricole comme partenaire financier est une percée extrêmement importante pour le Sénégal parce que d'habitude, ce sont les entités publiques qui exécutaient ce programme.

Aujourd'hui, on a la chance d'avoir une institution financière qui finance le développement qui va mettre en œuvre ce programme ».

Et Mr Dramé d'expliquer que «Ce qui est prévu, c'est de poursuivre le processus d'accréditation de la Banque Agricole.

L'accréditation de la Banque Agricole permet au Sénégal de renforcer son mécanisme d'accès direct parce que le pays aura la possibilité d'accéder aux ressources du fonds à partir des entités multilatérales».

D'ailleurs, a-t-il poursuivi, « Le Sénégal a toujours travaillé dans le sens de permettre à ses institutions nationales, que ce soit des institutions publiques ou privées, de pouvoir mobiliser des ressources. C'est ce qu'on appelle l'accès direct».

L'autre aspect qui est extrêmement important est l'accompagnement de deux autres entités nationales, notamment le Fongip et le Fonsis pour être accrédités en tant qu'entités de mise en œuvre du Fonds vert climat.

Le directeur de l'Environnement et des établissements classés a par ailleurs relevé qu' « Il y a d'autres activités qui vont concerner l'élaboration des projets parce que le support pour mobiliser les ressources du Fonds vert, ce sont les projets ».

Les autres aspects, notera-t-il, c'est tout ce qui est renforcement de capacités de l'autorité désignée « parce qu'il nous faut un cadre institutionnel très fort. Donc, il faudrait que cette institution soit suffisamment renforcée pour pourvoir faire son travail correctement ».

Dans le même ordre d'idées, il a fait savoir qu'il y a d'autres aspects de renforcement de capacités : « La banque va y travailler avec toutes les entités nationales concernées pour renforcer leurs capacités en matière d'élaboration de projets afin d'accroitre nos capacités de mobiliser les ressources du Fonds vert climat ».

Prenant la parole, Malick Ndiaye, DG de la Banque Agricole a affirmé : « Il y a trois ans, j'ai moi-même entamé des actions en tant que directeur général pour un accès direct du pays à l'accréditation de la banque. Nous voulons accéder au fonds par des prêts des garanties, activité où nous avons beaucoup progressé.

Ce qui nous différencie des autres, c'est que nous sommes dans le secteur agricole et nous avons deux préoccupations. La première, c'est que nous devons adresser des secteurs très risqués sur le point de vue climatique.

Mais nous devons aussi répondre aux attentes des populations qui sont dans les activités agricoles, d'élevage et de pêche ».

Et de conclure : « Il y a des ressources prévues pour aider le Sénégal, ses partenaires publics et privés à pouvoir monter des projets avec l'appui des consultants qui connaissent bien les méthodes du Fonds vert climat ».

Plus de: Sud Quotidien

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.