Maroc: Sahara occidental-ONU - Le Polisario dénonce le "chantage" du Maroc

NEW YORK (Nations unies) - Le Représentant du Front Polisario aux Nations unies, Sidi Mohamed Omar, a dénoncé vendredi le recours constant du Maroc au "chantage" dans la mise en œuvre des résolutions onusiennes sur la question sahraouie, soutenant que la seule voie recherchée par Rabat est "l'irrésolution indéfinie du conflit" au Sahara occidental.

Face à l'échec du Conseil de sécurité notamment à assurer la mise en œuvre de ses résolutions sur le Sahara occidental, M. Sidi Omar a indiqué, dans une déclaration à l'APS, que "la seule solution recherchée par le régime marocain est l'irrésolution indéfinie du conflit alors qu'il persiste dans ses vaines tentatives de normaliser son occupation illégale de certaines parties du Sahara occidental".

Il a également pointé du doigt "le recours constant du Maroc au chantage" et à la politique des "menaces vides comme moyen de dissimuler le fait qu'elle n'a aucune volonté politique réelle" de parvenir à une solution pacifique et durable du conflit conformément aux résolutions de l'ONU et à sa doctrine sur la décolonisation.

Quant au retard dans la nomination d'un nouvel envoyé personnel du secrétaire général pour le Sahara occidental en remplacement de l'ancien président allemand, Horst Kohler, qui a démissionné en mai 2019, M. Sidi Omar a affirmé que la principale raison est "les conditions préalables" que le Maroc s'est fixées concernant les candidats potentiels.

Dans ce contexte, le diplomate sahraoui a réaffirmé la position du Polisario selon laquelle "la nomination d'un nouvel émissaire onusien n'est pas une fin en soi".

Le régime marocain "n'aurait pas survécu sans le soutien" de la France

Concernant le rôle de la France dans le conflit, M. Sidi Omar a relevé que "ce n'est un secret pour personne que la France a soutenu le régime marocain diplomatiquement et militairement depuis le début de son occupation illégale du Sahara occidental le 31 octobre 1975".

Par conséquent, indique M. Sidi Omar, la France "porte aujourd'hui une plus grande responsabilité", non seulement pour contribuer, en vertu de ses responsabilités de membre permanent du Conseil de sécurité, à une solution juste et durable du conflit du Sahara occidental, mais aussi "pour les souffrances humanitaires et les violations flagrantes du droit humanitaire résultant du conflit et sa menace potentielle pour la sécurité et la stabilité régionales".

Le Polisario déterminé dans sa lutte contre l'occupation

Quant à la position du Front Polisario concernant le processus de paix de l'ONU au Sahara occidental, le diplomate a rappelé que le Front a annoncé sa décision de reconsidérer son engagement dans le processus de paix dans son ensemble suite à l'adoption par le Conseil de sécurité de sa résolution 2494 du 30 octobre 2019.

Il a indiqué, à cet égard, que la décision était l'expression du "rejet catégorique" de la série de déviations qui ont spécifiquement caractérisé l'approche du Secrétariat de l'ONU et du Conseil de sécurité concernant la question du Sahara occidental dans le contexte de processus de paix "depuis sa création jusqu'à nos jours".

Le peuple sahraoui, sous la direction du Front Polisario, "est maintenant déterminé, plus que jamais, à poursuivre sa lutte de libération par tous les moyens légitimes jusqu'à la réalisation de ses droits légitimes et inaliénables à l'autodétermination, à l'indépendance et à la consolidation de la souveraineté sur l'ensemble du territoire de la République arabe sahraouie et démocratique (RASD)".

A La Une: Maroc

Plus de: Algerie Presse Service

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.