Rwanda: Génocide - Enquête ouverte en France contre un ancien haut responsable rwandais

En france, le Parquet national antiterroriste annonce l'ouverture d'une enquête préliminaire pour crimes contre l'humanité contre le Rwandais Aloys Ntiwiragabo, à la tête des renseignements militaires pendant le génocide de 1994.

Une enquête préliminaire a été ouverte, vendredi 24 juillet, pour « crimes contre l'humanité » contre Aloys Ntiwiragabo, chef des renseignements militaires pendant le génocide de 1994 au Rwanda, et qui vit en France, a indiqué, ce samedi 25 juillet, le parquet national antiterroriste français. Cette enquête a été ouverte à la suite d'un article publié le jour même par Mediapart.

Le site d'information affirme avoir retrouvé la trace d'Aloys Ntiwiragabo, 72 ans, près d'Orléans, à une centaine de kilomètres au sud de Paris. Le parquet national antiterroriste indique avoir décidé de s'autosaisir dès la parution de cet article et avoir ouvert une enquête préliminaire avec pour objectif de vérifier les informations de Médiapart. Le parquet précise qu'il n'y a à ce jour aucune plainte ni aucun mandat de recherche contre cet homme, que ce soit en France, au Rwanda ou venant d'Interpol.

Listes d'opposants à exécuter

Le Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR) avait lancé des mandats d'arrêts à son encontre en 1998 et 2002, ensuite levés il y a plusieurs années. Dans les actes d'accusation du TPIR, Aloys Ntiwiragabo est évoqué comme faisant partie d'un groupe de responsables qui, entre 1990 et 1994 « se sont entendus pour élaborer un plan dans l'intention d'exterminer la population civile tutsie et d'éliminer des membres de l'opposition et se maintenir ainsi au pouvoir ». Il est également décrit comme ayant mis à jour des listes de Tutsis et d'opposants afin de les « exécuter ».

En France, selon le parquet, la seule mention de son nom remonte à 2011 quand la justice antiterroriste française avait souhaité l'entendre en tant que témoin dans le cadre d'une procédure visant un de ses subalternes. À l'époque, les autorités rwandaises avaient affirmé qu'Aloys Ntiwiragabo était réfugié dans un pays d'Afrique.

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.