Congo-Brazzaville: Covid-19 - Le couvre-feu ramené à 20h pour Brazzaville et Pointe Noire

La Coordination nationale de gestion de la pandémie du coronavirus a présenté, le 24 juillet, lors de sa septième réunion, à Brazzaville, des nouvelles recommandations visant non seulement à intensifier la lutte contre la pandémie mais aussi à soutenir l'économie nationale.

Il ressort de cette réunion qui a été présidé, en visioconférence, par le président de la République, Denis Sassou N'Guesso, qu'au deuxième trimestre de l'année en cours, la croissance économique est restée négative malgré le frémissement observé en fin de mois de juin, à la suite des deux premiers paliers du déconfinement. Et le nombre des personnes contaminées a doublé en moins de trois semaines, sans doute à la suite de la pratique plus importante des tests de dépistage.

Dans le même temps, on déplore un relâchement dans le respect des mesures barrières et des insuffisances dans la prise en charge des malades. « Depuis le 6 juillet 2020, date de la dernière réunion de la Coordination nationale, à ce jour, le nombre de personnes déclarées contaminées, après test, a plus que doublé en passant de 1550 à 3117. Le pourcentage des femmes contaminées tend à augmenter. Elles représentaient 23,3% du total au 30 juin 2020. Elles constituent aujourd'hui 27,1% du total. Ainsi, le Congo a déclaré 3038 cas confirmés depuis le 14 mars 2020 ; 756 cas positifs sont déclarés guéris ; 51 décès sont à déplorer à ce jour, tandis que le taux de létalité est de 1,7% », renseigne le communiqué final.

Pour faire face à cette situation préoccupante, les membres de cette coordination estiment que pour lutter contre le relâchement constaté à Brazzaville et Pointe-Noire, il est nécessaire de ramener le couvre-feu sur l'ensemble de ces deux villes à 20 heures jusqu'à 5 heures du matin ; maintenir la fermeture des marchés domaniaux les mercredis, vendredis et dimanches. Il faut également enclencher le financement et l'organisation d'une vaste compagne de communication dans tout le pays, à travers tous les médias et tous autres moyens de sensibilisation de la population, par les professionnels de la santé, des sciences sociales et de la communication.

Il est aussi essentiel de favoriser une plus grande implication de la force publique pour faire respecter l'interdiction de rassemblement de plus de cinquante personnes dans les lieux publics et privés, notamment les morgues municipales, les veillées mortuaires, les cimetières et les lieux de culte, et d'achever les travaux, dans les meilleurs délais, dans tous les centres dits covid et l'équipement correct et satisfaisant de tous ces centres en machines, matériels et produits nécessaires à une bonne prise en charge de tous les malades admis en leur sein.

Les questions liées à la soutenabilité de l'économie ont été abordées, puisque le principe de la réouverture des frontières par le pays à compter du 20 août 2020 était validé, même si cette réouverture ne sera effective qu'à la seule condition que les mesures de sécurité, de contrôle sanitaire et de mise en place des équipements adéquats aux frontières soient prises, afin d'assurer la pleine réussite de cette étape cruciale du processus de déconfinement progressif et par paliers.

Les mesures préétablies restent en vigueur

La Coordination nationale de gestion de la pandémie de coronavirus pense que la prorogation de l'état d'urgence sanitaire pour une nouvelle période de vingt jours, à compter du 30 juillet 2020, et du couvre-feu sur l'ensemble du territoire national, à l'exception de Brazzaville et Pointe-Noire, de 22 heures à 5 heures du matin, sont inévitables. L'interdiction de rassemblements de plus de cinquante personnes dans les lieux publics et privés, à l'exception des marchés domaniaux, et de la participation à une activité autorisée dans le cadre du déconfinement, le port obligatoire et conforme du masque de protection individuelle, l'observation totale, partout et par tous, de toutes les mesures barrières, la non-réouverture des établissements d'enseignement fermés, des résidences universitaires et des internats, la non-réouverture des boîtes de nuit et autres lieux de danse, l'interdiction des rencontres de sport collectif et des spectacles et la célébration, dans l'intimité, de tous les événements familiaux, dans le respect de toutes les mesures de prévention, sont maintenues. Il faut ajouter, à ces mesures précitées, l'exercice des contrôles sanitaires et de la force publique à l'entrée et à la sortie de toutes les villes du pays.

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.