Tunisie: Commémoration du premier anniversaire du décès de Béji Caïd Essebsi - Quand le rassembleur manque à la scène nationale !

25 Juillet 2020

Dans une ambiance marquée par les émotions, les amis et camarades de feu Béji Caïd Essebi ont organisé, hier, une conférence pour commémorer le premier anniversaire de son décès. Membres de sa famille, ambassadeurs, ancien président de la République, anciens chefs de gouvernement et ministres, chefs de partis politiques, présidents d'organisations nationales, anciens députés et autres, tous sont venus insister sur l'absence de sa personnalité et de son profil rassembleur, notamment dans ce contexte de crise politique inédite.

Inaugurant cette conférence, l'ancienne cheffe de cabinet de Feu Béji Caïd Essebsi et initiatrice de cette initiative, Salma Elloumi Rekik, a énuméré les qualités de «Bajbouj» qui ont fait de lui un leader historique et un symbole du consensus et du rassemblement. «C'est en ces moments de crise politique que l'absence de Béji Caïd Essebsi se fait tellement sentir et remarquer dans le paysage politique et sur la scène nationale», a-t-elle déclaré. Et de rappeler qu'il était le parrain du processus de transition démocratique.

«Aujourd'hui, on se réunit pour commémorer le premier anniversaire du décès d'une personnalité unique, dont le destin s'est lié à celui de la République, même son départ a coïncidé avec la fête de la République, cela n'est qu'une preuve de plus que feu Béji Caïd Eessbsi s'est dévoué pour sauvegarder et consacrer les principes et valeurs de la République qu'il a tant servie», a-t-elle poursuivi soulignant notamment son rôle lors du dénouement des multiples crises politiques après la révolution, ce qui a valu à la Tunisie l'obtention du Prix Nobel pour la Paix.

Salma Elloumi, présidente du Parti Al-Amal (l'espoir), n'a pas raté cette occasion pour appeler à un projet politique de rassemblement des forces démocratiques à l'image des idées et principes de Caïd Essebsi.

L'ancien ministre des Affaires étrangères et ancien diplomate, Ahmed Ounaies, a également souligné le profil et qualités de Caïd Essebsi ayant fait de lui un symbole de la préservation des principes de la Constitution et de la République. «Dans la philosophie politique de Caïd Essebsi, la Patrie doit toujours primer sur les intérêts partisans, il a su rassembler tout le monde sur la même table du dialogue alors que le pays était paralysé et que tous les appareils de l'Etat frôlaient l'effondrement», a-t-il rappelé faisant référence à la crise politique de 2013 et insistant sur le rôle de Béji Caïd Essebsi dans la construction démocratique et sa capacité à gérer des crises si profondes. «Sa force réside dans son génie politique qui pouvait rassembler tout le monde et qui pouvait éviter à la Tunisie des scénarios tellement sombres, il a su fédérer les forces opposées au profit de l'intérêt du peuple et de la nation», a-t-il insisté.

Le cri d'alerte de Abassi

Prenant la parole lors de cette conférence, l'ancien secrétaire général de l'Union générale tunisienne du travail (Ugtt), Houcine Abassi, a lancé un cri d'alerte concernant l'actuelle crise politique qui «en l'absence d'un profil fédérateur comme celui de Caïd Essebsi risque de conduire le pays vers un scénario inimaginable». En fait, pour Houcine Abassi, il est indispensable de trouver une personnalité capable de sortir la Tunisie de ce qu'il a appelé un gouffre, appelant au consensus et à la préservation des acquis de ce processus de transition démocratique «comme l'a toujours fait le défunt». Parlant en toute franchise, Abassi n'a pas omis de rappeler que «Béji Caïd Essebsi a été trahi, avant son décès, même par ses amis les plus proches et des membres de sa famille».

Evoquant le long parcours de militantisme du défunt, Mohamed Ennaceur, ancien président de l'Assemblée des représentants du peuple (ARP) et ancien président de la Républqiue, a déclaré que «Béji Caïd Essebsi est toujours vivant dans les cœurs en tant que personnage ayant joué un rôle historique avant et après la révolution». Et d'ajouter que l'ancien président est apprécié par tous les Tunisiens, quelle que soit leur appartenance, du fait de son rôle et son profil fédérateur, mais aussi de sa personnalité unique et son esprit de la répartie. Ennaceur, qui a avoué que la situation est difficile en Tunisie, a appelé tous les partis politiques, organisations nationales et composantes de la société civile à évaluer la situation actuelle et s'entendre sur une base commune pour sortir de la crise et construire une nouvelle Tunisie.

Plus de: La Presse

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.