Burkina Faso: Election à la FBF - Le MSL joue les bons offices

26 Juillet 2020

Le ministère des Sports et des loisirs a rencontré le groupe des six candidats à la présidence de la Fédération burkinabè de football ainsi que le président sortant, Sita Sangaré, le mercredi 22 juillet 2020 à la salle Mathias Sanou du stade du 4-Août. Il a été question au cours des échanges de clarifier les positions à l'approche des élections prévues pour le 22 août prochain.

Les positions se radicalisent à l'approche des élections à la présidence de la Fédération burkinabè de football (FBF). La coalition des cinq candidats (Amado Traoré, Bertrand Kaboré, Mory Sanou, Laurent Blaise Kaboré et Abdoul Kader Baguian dit Lota) qui soupçonne le président sortant de vouloir opérer un passage en force au profit de son poulain, Lazare Banssé, ne cesse d'interpeller les autorités sur la nécessité de créer les conditions qui puissent garantir la transparence de ces élections.

C'est pour faire baisser la tension que le ministère des Sports et des loisirs a décidé de rencontrer ces différents acteurs de la vie sportive de notre pays afin qu'ensemble, ils puissent aplanir toutes les difficultés. Une initiative bien louable qui, malheureusement, bute sur les intransigeances des uns et des autres.

En lieu et place du ministre qui était annoncé à cette rencontre, la partie plaignante va plutôt avoir comme interlocuteur, le secrétaire général du ministère, Herman Yabré Zinguim. Toute chose qui va contribuer à alourdir davantage l'atmosphère.

« Ils ne s'attendaient pas à voir la fédération et les personnes- ressources et nous leur avons fait savoir que peu importe le nombre de rencontres que nous allons faire, tant que nous n'allons pas nous parler franchement et prendre des résolutions pour aller de l'avant, nous allons toujours tourner autour du pot », a indiqué le SG du ministère des Sports, Herman Yabré Zinguim, au sortir de la rencontre.

Se sentant floué et frustré par l'attitude du ministre, Amado Traoré n'est pas passé par quatre chemins pour exprimer son mécontentement. « Il y a un problème sérieux au niveau de notre football.

C'est le comportement et l'attitude de la fédération vis-à-vis de ces élections et il se trouve que cette rencontre ne peut avoir lieu parce que nous avons demandé à rencontrer le ministre pour exposer les problèmes. Nous n'avons pas pu échanger correctement.

Nous espérons qu'une autre rencontre se fera et qu'on pourra se parler », a-t-il déclaré. Au cœur de toute cette polémique, Lazare Banssé s'est montré serein et détendu.

« Le football est destiné à rassembler. Lorsque Pitroipa ou Bancé marque, c'est l'explosion dans le stade et dans les foyers des millions de personnes qui sont devant leurs écrans.

C'est ce que nous devons regarder en vue de nous accorder sur cette passion que nous avons en commun et travailler de sorte qu'elle solidifie davantage le socle fraternel burkinabè », a-t-il fait savoir avant de demander aux autres candidats de se pencher sur leur programme plutôt que sur sa personne.

Le ministère des Sports et des loisirs qui ne compte pas s'arrêter là, a promis de multiplier ce genre de rencontre jusqu'à ce qu'on ait un climat apaisé et sortir un président accepté de tous.

Plus de: Le Pays

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.