Congo-Brazzaville: L'Église épingle les investissements de l'État en matière d'éducation

Dans le but de redresser le système éducatif, le gouvernement congolais a investi pour la seule année 2018 quelque 24 milliards de FCFA dans une vingtaine de projets. Mais l'enquête a posteriori que la Commission épiscopale justice et paix (CJP) de l'Église catholique vient de mener sur la réalisation desdits projets montre une exécution au rabais et surtout un manque de suivi.

Coordonnateur de la Commission épiscopale justice et paix, l'abbé Félicien Mavoungou fait partie de ceux qui ont rédigé le rapport sur le suivi des investissements budgétaires de l'État dans le secteur prioritaire de l'éducation nationale en 2018. Il a notamment décelé plusieurs insuffisances.

« Ce qui nous a beaucoup impressionné, c'est le taux de réalisation. Il y a eu une vingtaine de projets qui ont été exécutés, malheureusement la plupart ne sont pas arrivés à terme. Il y a beaucoup de cas de figure sur le terrain : beaucoup de bâtiments ne sont pas achevés, d'autres sont finis mais ne servent pas à grand-chose. Beaucoup d'écoles n'ont pas d'enseignants qualifiés. Dans l'ensemble nous avons fait un constat amer qu'il y a beaucoup de dysfonctionnements dans l'éducation nationale », a déclaré M. Mavoungou.

L'Église plaide pour une augmentation substantielle des budgets alloués à l'éducation. « Nous plaidons et nous invitons les décideurs politiques à investir davantage dans ce secteur prioritaire. C'est Nelson Mandela qui disait que l'éducation est une arme efficace pour lutter contre le sous-développement », a demandé l'abbé Félicien Mavougou.

Contactée, une source gouvernementale n'était pas disponible dimanche soir pour commenter cette enquête de la Commission épiscopale justice et paix

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.