Cote d'Ivoire: Candidature d'ADO - Pardon, il faut abréger la «souffrance» des militants!

A peine Amadou Gon Coulibaly a-t-il été conduit à sa dernière demeure que la politique a repris tous ses droits en Côte d'Ivoire. Exit la trêve funèbre, bonjour l'agitation dans les états-majors politiques, surtout au sein du Rassemblement des houphouëtistes pour la démocratie et la paix (RHDP) où la disparition du Premier ministre et dauphin désigné du président Alassane Dramane Ouattara (ADO) laisse deux vides à combler : aux niveaux de la primature et de la candidature à la présidentielle.

Concernant le second poste, les conjectures allaient bon train sur les chances de Patrick Achi, l'influent secrétaire général de la présidence, et d'Hamed Bakayoko, le tout-puissant ministre de la Défense, d'être adoubés par le RHDP. A 65 ans pour le premier et 55 pour le second, ils sont en droit de rêver qu'ADO, 78 ans, passe la main à une nouvelle génération, la leur, pour diriger la Côte d'Ivoire comme il l'a promis.

Mais depuis le 21 du mois courant, le non moins influent directeur exécutif du RHDP, Adama Bictogo, a tué le match qui s'annonçait difficile entre les deux hommes pour le contrôle du parti majoritaire et, subséquemment, le port de ses couleurs à la présidentielle du 31 octobre prochain. En effet, sur les ondes de RFI, ce dernier a été on ne peut plus clair : Gon Coulibaly disparu, la majorité des cadres du RHDP ont les yeux rivés sur ADO pour être leur candidat. Ni Patrick Achi, ni Hamed Bakayoko, selon Adama Bictogo, ne sont à la hauteur des enjeux de cette présidentielle.

Il n'en fallait pas plus pour que les apôtres du culte de l'indispensabilité d'ADO entrent en scène. A commencer par son frère cadet, Téné Birahima Ouattara, dit « photocopie », qui, lors d'une réunion de toutes les structures du RHDP de la région de Tchologo, a invité ADO à être réceptif aux sollicitations des militants du parti en acceptant d'être candidat à la prochaine présidentielle.

Dans le sillage des structures RHDP de Tchologo, ce sont ses élus dans le district de Woroba, qui regroupe les régions de Worodougou, de Béré et de Bafing, qui ont sacrifié au rituel des supplications militantes pour que le locataire du palais de Cocody rebelote pour un troisième mandat.

Et elles sont loin d'être finies, ces grand-messes de la dévotion au père fondateur du RHDP. D'autres régions dans d'autres districts s'affairent à emboîter le pas à celles déjà citées. ADO va-t-il attendre que toutes les structures de son parti dans toutes les régions de Côte d'Ivoire dépensent en temps et en argent dans des réunions folkloriques pour dire qu'elles attendent sa décision d'être candidat à la prochaine présidentielle comme la venue d'un messie ? Comme on le dit vulgairement sur les bords de la lagune Ebrié, « il n'a qu'à faire pardon » et abréger la « souffrance » des militants de son parti en exauçant leur vœu de le voir concourir à la prochaine présidentielle.

Au demeurant, plus vite il annoncera sa décision dont on se doute bien qu'elle sera dans le sens des souhaits des cadres du RHDP, plus il aura une marge de manœuvre pour gérer les autres vacances de poste à la vice-présidence de la République et au Premier ministère.

A La Une: Cote d'Ivoire

Plus de: L'Observateur Paalga

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.