Burkina Faso: Election présidentielle de 2020 Eddie Komboïgo du CDP, dans la course au fauteuil

Roch Marc Christian Kaboré entouré de son équipe
26 Juillet 2020

Eddie Komboïgo a été officiellement investi candidat du Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP), au terme d'un congrès extraordinaire du parti, tenu le dimanche 26 juillet 2020, à Ouagadougou, en présence des militants venus des quatre coins du pays.

Le Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP) vient d'enclencher son processus de reconquête du palais présidentiel de Kosyam avec l'investiture de son candidat à l'élection présidentielle du 22 novembre 2020 au Burkina Faso, en la personne d'Eddie Komboïgo. La cérémonie d'investiture officielle du candidat est intervenue au terme d'un congrès extraordinaire du parti, tenu le dimanche 26 juillet 2020, au palais des sports de Ouaga 2000. Ainsi, les congressistes venus des quatre coins du pays ont donné leur confiance au président du CDP, pour défendre les couleurs du parti lors des batailles électorales à venir. C'est le 1er vice-président du CDP, Achille Tapsoba, qui a dirigé le cérémonial du choix du candidat Eddie Komboïgo par l'instance suprême du parti.

Le candidat de l'ex-parti majoritaire a d'abord exprimé sa reconnaissance à tous les militants pour la confiance placée en lui pour reconquérir le pouvoir en novembre prochain. « Je mesure l'immensité de la charge et de la responsabilité du président du Faso ... . Mais, je m'engage ici et maintenant à œuvrer avec tous les militants du CDP et même au-delà de notre parti, à rassembler tous les Burkinabè qui aspirent au changement dans un vaste mouvement progressiste, pour arracher la victoire au soir du 22 novembre 2020 », a-t-il déclaré. Eddie Komboïgo a ajouté qu'il est convaincu que rien ne pourra arrêter la marche du CDP vers la victoire finale.

Restaurer le Burkina en cinq ans

Le candidat nouvellement investi n'a pas passé sous silence la situation sécuritaire du Burkina Faso, marquée par des attaques menées par des groupes armés qui jusque-là ne sont pas encore formellement identifiés.

De l'avis de M. Komboïgo, l'aggravation de la crise sécuritaire est imputable au pouvoir en place qui agit dans le tâtonnement. « Cette dégradation dénote de l'inefficacité des approches et des solutions, de l'absence de vision du régime et de la gouvernance qui le caractérise », a-t-il précisé. Déplorant les déplacements massifs des populations qu'a entraîné l'insécurité, le présidentiable a fait le pari de ramener le Burkina Faso sur les rails si les électeurs lui accordent leurs voix. « Je veux impulser au Burkina Faso une gouvernance nouvelle, fondée sur les valeurs démocratiques et celles héritées de nos ancêtres pour en faire à l'orée 2025, un pays entièrement restauré où règnent la paix, la cohésion et l'unité nationale ; un pays de prospérité partagée dans la justice et la fraternité », a promis M. Komboïgo. Il a par ailleurs rendu hommage au fondateur du CDP, l'ex-président Blaise Compaoré dont la vision reste, selon lui, une ligne directrice.

Pour le chef de file de l'opposition (CFOP), Zéphirin Diabré, cette investiture consacre le retour du CDP aux affaires. Saluant les rapports « excellents » entre les partis membres du CFOP, il a fait savoir que tous iront à la compétition mais en cas de second tour, ils feront bloc derrière le parti de l'opposition représenté. « Face aux gouvernants actuels, il faut que nous fassions preuve d'union afin que l'alternance soit une réalité à l'issue des futures batailles électorales », a-t-il estimé.

L'événement a connu la présence des anciens du parti tels que Mélégué Traoré, Arsène Bongnessan Yé et Luc Adophe Tiao. A l'occasion, une pléiade d'artistes dont Dez Altino et Bamogo de Nobéré ont rivalisé d'éloges à l'endroit du candidat Eddie Komboïgo.

Plus de: Sidwaya

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.