Angola: Italie - Un diplomate défend l'investissement dans les énergies renouvelables

Rome — L'ambassadrice angolaise en Italie, Maria de Fátima Jardim, a défendu des actions communes pour attirer les investissements dans le secteur des énergies renouvelables, dans le cadre du renforcement de la coopération économique entre les deux pays.

La diplomate a fait cette déclaration lors d'une visioconférence organisée par la Chambre de commerce Angola-Italie, qui œuvre pour la promotion des échanges économiques et commerciaux entre les entreprises angolaises et italiennes.

Sous le slogan «Energies renouvelables et opportunités d'investissement du secteur privé en Angola», lors de la réunion, les différents intervenants ont exprimé leur disponibilité et intérêt à investir dans le pays une fois les conditions seront créées pour cela dans ce domaine.

Pour Fátima Jardim, cet événement se déroule à un moment où la coopération entre les deux pays gagne un nouvel espace, notamment dans la région de Caraculo (Namibe), où le projet d'une centrale photovoltaïque de 50 MWc, connectée au réseau de transmission du sud d'Angola, est en cours de réalisation, dans le cadre d'un accord de concession signé entre la Sonangol et l'ENI.

Selon Fátima Jardim, cette initiative fait partie de la stratégie du secteur de l'électricité en Angola, visant à promouvoir les énergies renouvelables, à réduire la consommation de diesel et les coûts d'exploitation, ainsi que les émissions de gaz à effet de serre d'environ 20 000 tCO2eq / an.

Pour la diplomate angolaise, les opportunités du secteur privé après le Covid-19 pourraient accélérer certains aspects du développement durable, avec la relance de l'économie et fournir de nouvelles solutions, car l'Angola a des options stratégiques bien définies, conformément à son programme de développement national.

Dans cette perspective, elle a déclaré que le Gouvernement s'emploie à promouvoir le développement durable, grâce à l'utilisation d'énergies propres et renouvelables, réitérant la «confiance sans équivoque» de continuer à travailler en partenariat avec la Chambre de commerce Angola-Italie et les entités italiennes, dans le cadre du processus de diversification du secteur énergétique.

L'ambassadrice espère qu'à travers les chambres de commerce, la classe des affaires et les partenariats public-privé, il sera possible de progresser vers la stabilité économique et sociale, créant ainsi les bases d'un partenariat stratégique entre l'Angola et l'Italie dans les domaines les plus variés.

Elle a profité de l'occasion pour réitérer l'invitation à la classe entrepreneuriale italienne de visiter l'Angola pour connaître de près son potentiel et promouvoir l'échange d'informations sur des domaines jugés essentiels pour favoriser les partenariats avec l'Italie.

Le président et le vice-président de la Chambre de commerce Angola-Italie, respectivement Mário Cabrini et Hélder Cardoso, ont salué les contributions de tous les invités, notant que l'Angola fait partie des pays privilégiés en termes de projets d'investissement à fort impact.

La réunion a compté sur la participation du président du conseil d'administration de l'AIPEX, António Henriques da Silva, Marino Bulles et Serafim Silveira, représentants du ministre de l'Énergie et de l'Eau, Giza Martins Gaspar, représentante de la ministre de la Culture, du Tourisme et de l'Environnement, et Túlio Cravo, de la Banque africaine de développement (BAD).

Il convient également de noter la présence du nouvel ambassadeur désigné d'Italie en Angola, Cristiano Gallo, parmi d'autres représentants du secteur privé italien.

Plus de: ANGOP

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.