Congo-Kinshasa: Plus de 1000 personnes concernées par les travaux du barrage de Busanga

Les habitants de quatre villages de Lualaba ont quelques jours pour quitter la zone appelée à être occupée pour le prolongement des travaux du barrage de Busanga. Ce week-end, neuf ONG ont écrit au ministre provincial de l'Intérieur pour lui demander de sursoir à cette décision.

Plus de 1 000 personnes sont concernées par cette menace de déguerpissement brandie par les autorités provinciales. Le délai de 12 jours fixé par le ministre provincial de l'Intérieur expire le 29 juillet. À cette échéance, la société sino-congolaise hydroélectrique (Sicohydro) sera autorisée à démolir les habitations de cette zone où ses ingénieurs ont prévu de creuser les bassins utiles au fonctionnement du barrage. La période des inondations approche et Sicohydro pousse pour l'exécution des travaux.

Les communautés locales ne sont pas toutes parties. Pourtant, certains habitants des villages concernés auraient déjà touché des indemnités, qu'ils jugent dérisoires. Les cultivateurs demandent plus d'argent et une relocalisation pour continuer leurs activités champêtres.

Les ONG plaident pour un meilleur accompagnement

Pour la société civile, les discussions doivent continuer pour parvenir au réajustement des indemnités. Et les ONG plaident pour un meilleur accompagnement des cultivateurs.

Ce projet hydroélectrique est en construction depuis 2016. Il est destiné à desservir en priorité la société sino-congolaise des mines (Sicomines), une entreprise minière qui résulte de l'accord passé entre la RDC et de grandes sociétés étatiques chinoises. Grâce à sa proximité avec l'industrie du cuivre et du cobalt, il a été qualifié en 2019 par Félix Tshisekedi de projet essentiel. Il reste à trouver le compromis avec les communautés locales.

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.