Sénégal: Mémoires - Quand Babacar Touré racontait le démarrage de Sud FM

Babacar Touré, Fondateur du Groupe Sud Communication au Sénégal
27 Juillet 2020

Décédé dimanche, Babacar Touré est un des pionniers de la presse privée sénégalaise. L'ancien président du Cnra, le gendarme de l'audiovisuel est membre fondateur du Groupe Sud Communication qui éditait Sud Hebdo devenu par la suite Sud Quotidien. En 1994, « BT » comme ses intimes l'appelaient, était aux manettes de la création de la première radio commerciale privée du Sénégal, Sud FM. A la veille du 26ème anniversaire de Sud FM (1er julllet 2020), il avait conté les motivations et péripéties ayant conduit à la création de ce média dont l'inauguration avait rassemblé trois chefs d'Etat africains. Souvenirs...

« 1er juillet 1994. Le lancement véritable, c'est- à - dire le démarrage de la diffusion des programmes a bien eu lieu le 1er juillet 1994 presque un an après l'octroi d'une fréquence et de la licence d'émettre. La dévaluation du Franc CFA était passée par là, bousculant nos prévisions. Amadou Makhtar Mbow ancien directeur général de l'Unesco, Madame Viviane Wade épouse de Abdoulaye Wade et Jessica Mbow Sarr, mère de Samuel A. Sarr, ont « démarré l'antenne.

Pourquoi ces trois ? Me Wade et Samuel Sarr étaient alors en prison suite à l'assassinat du vice Vice-président du Conseil Constitutionnel Me Babacar Seye dans laquelle ils avaient été cités, arrêtés et embastillés. Injustement? Une façon de leur rendre cette justice qu'on leur avait refusée. Du moins, le croyions nous, à l'époque ! Pendant une bonne dizaine de jours nous avons coaché Madame Wade pour le message en wolof que nous devions enregistrer pour le jour du démarrage de l'antenne. Quant à Amadou Makhtar Mbow, le choix porté sur sa personne coulait de source à nos yeux. Grand promoteur de la science, de l'éducation, de la culture, avocat d'un Nouvel Ordre Mondial de l'Information et de la Communication (Nomic), il avait quitté son poste suite aux manœuvres américaines, lâchés par son propre pays. Sud, né à la faveur de cette doctrine, se sentait l'obligation de rendre un hommage mérité à ce digne fils d'Afrique. La culture étant à l'esprit et à l'âme ce que la nourriture est au corps, l'ancrage de Sudfm dans la promotion de celle-ci, n'a jamais été prise en défaut. Elle s'est réaffirmée davantage avec l'avènement de la radio qui souffle ses 26 bougies cette semaine.

Abdoulaye Wade et ses compagnons d'infortune sortiront de prison à temps pour assister à l'inauguration officielle.

Nous avions souhaité attendre leur élargissement pour l'inauguration officielle, histoire de défendre et d'illustrer le caractère résolument pluraliste de cette plateforme démocratique que nous avions lancée six mois plutôt, en juillet 1994.

12 janvier 1995. Inauguration "officielle " de la première chaîne de radio privée sénégalaise diffusée sur la bande Fm. Une cérémonie populaire rehaussée par la présence de personnalités comme Monseigneur Hyacinthe le Cardinal Thiandoum, le Guide de la Tidianya Abdou Aziz Sy (Junior) alors porte-parole et futur Khalif général des Tidianes, le Grand Serigne de Dakar, Bassirou Diagne Marème Diop et tout ce que le Sénégal compte de leaders, de citoyens anonymes, de petites gens, toutes activités confondues ou sans activité.

Trois des quatre chefs d'État des pays membres de l'Organisation pour la Mise en Valeur du fleuve Sénégal, (OMVS) sont présents à cette cérémonie qui démarre par une exposition des "produits" du groupe Sud, de ses différents titres de l'époque, retraçant son parcours atypique qui a cassé bien des codes et de monopole. Lansana Konté, président de la République de Guinée s'est désisté à la dernière minute parce qu'on lui avait soufflé que le responsable de la radio était un ami de Alpha Condé, son irréductible et farouche opposant. C'est la raison pour laquelle il ne s'est pas joint à ses homologues Alpha Oumar Konaré du Mali, Maaouiya Ould Sid'AhmedTaya de Mauritanie et Abdou Diouf du Sénégal.

Une initiative tout à fait inédite, réalisée en partenariat avec l'Association des Artistes Plasticiens du Sénégal aura marqué les esprits. Viyé Diba, Président de l'Association des Artistes Plasticiens, a sélectionné des œuvres de divers peintres pour tapisser l'immense hall et les murs du 5ème étage de l'immeuble Fahd abritant le siège de SudQuotidien, promoteur et "hébergeur "de la radio Sudfm. Plus tard, Viyé Diba, ne cessera de sublimer le rôle de Sud dans la promotion de l'Art et des artistes, car en plus de ce qui se faisait dans nos différents supports, nous avions racheté, à prix coûtant, toutes les œuvres des différents artistes ayant participé à l'exposition le jour de la cérémonie d'inauguration de Sudfm.

La visite de l'expo et des studios terminée, alors que les invités regagnaient les tribunes pour les discours d'usage, voilà qu'entre deux portes, surgissent un trio de gais lurons, exhalant des effluves parfumées, mélange d'eau de vie, de tabac pour pipe, d'extraits de plantes herbacées (psychotropes). Joe Ramangelisa Samb alias Issa, alias Joe Ouakam, figure emblématique du pop'art, à la manière d'un Andy Warhol, devenue iconique, Djibril Diop Mambety, le dandy-bohème de Colobane à la camera baladeuse, préfiguration du Spike Lee de "Jungle fever", orfèvre de la satire sociale et héritier de Yaadikone, le bandit de cœur qui prenait aux nantis pour combler les enfants démunis, Ibou Diouf, le poète du pinceau, l'enfant gâté, surdoué de l'Esthétique, filleul de Senghor et égérie de l'Ecole de Dakar.

La trilogie des petites gens de Mambety sous l'ombrelle de monstres sacrés qui n'en peuvent plus de disséquer et d'incarner la marginalité. Ce faisant, ils finiront par réinventer de grosses légendes urbaines, incarnées tant par leur praxis que par leur image projetée et durablement imprimées dans l'imaginaire de leurs contemporains. On comprend dès lors la réaction enjouée et un brin amusée du Président Abdou Diouf quand notre Joe Ouakam l'a accroché par l'une des manches de sa veste pour l'entretenir de questions culturelles et d'aménagement d'espaces dédiés aux Arts et à la Culture. Évidemment, les chefs d'État et leurs délégations ainsi que les invités, tous à l'arrêt observaient cette scène hugolienne fourmillant de personnages marqués par le romantisme et l'éclectisme de la nature humaine.

A la suite de cet échange Abdou Diouf contenant les interpellations sympathiquement irrévérencieuses de nos trublions se retourna pour demander à l'hôte du jour de prendre contact avec son secrétariat pour une audience à la présidence de la République. On put dès lors regagner les tribunes. En réalité le trio était plutôt un quatuor, puisque l'expédition c'est le cas de le dire, comptait une grande passionnée d'art, Madame Bintou Niang, épouse Cissé, du nom de l'architecte urbaniste, cinéaste, producteur et homme de culture, Nicolas Sawalo Cissé, auteur d'un film surla décharge de Mbeubeuss, mettant en scène un certain Ramangelisa. Encore une histoire de petites gens, passés maîtres dans l'art de la débrouille pour transformer les ordures en "or dur".Encore une histoire de gamins des bidonvilles cornaqués par des grands Yadi (pour Yadikone, le miraculé!)rescapé d'une fratrie n'ayant pas survécu, abusivement comparé au Robin des bois (Robin Hood) de la forêt anglaise de Sherwood, héros fictif du moyen-âge anglais qui dépouillait les riches pour donner aux pauvres. Grand Yadi, ou Ndiaye Yadi pour ses proches, de son vrai nom Babacar Ndiaye, a lui bel et bien existé et a pris sa "retraite dans la localité de (campement) Nguekokh dans l'actuel département de Mbour. Un mémoire lui a été d'ailleurs consacré sur le thème du "banditisme social". Bintou, collectionneure, galériste chevronnée, avait repéré en zone portuaire, un entrepôt pouvant accueillir ce qui va devenir l'espace Vema.

Le jour J, celui du rendez-vous avec Abdou Diouf à la Présidence de la République fut mouvementé. Je devais "récupérer "Ibou Diouf au "Midi" une sorte de deuxième rédaction pour les légionnaires, de Sud qui comptaient dans leurs rangs de farouches amazones. On est en situation familière, c'est-à-dire, anxiogène avec cette sensation indéfinissable que peut éprouver quelqu'un largué au bord du précipice, "à l'insu de son plein gré". Je crois, si ma mémoire ne me trompe, que c'est Ibou Diouf qui s'est pointé au Midi, en bras de chemise, dissertant sur "verticale ", point d'observation et d'élévation, axe de la création (sic). Un coup de téléphone du bureau me fit comprendre que Issa-Joe Ouakam nous donnait rendez-vous au Bilboquet, à quelques encablures entre son refuge et la Présidence de la République. Il nous y retrouvera après avoir fait jonction avec Djibril, comme il l'apostrophait avec une affectivité complice.

Celui-là non plus, n'était apparemment pas du matin et a dû réquisitionner une pirogue pour rallier Dakar et le centre-ville à partir de son île de Ngor résidentielle. La nuit a été longue et à verse pour des assoiffés de culture underground! Bintou, très bonne camarade, est restée distinguée et bienveillante.

Vous aurez compris que toutes ces péripéties ont avalé le temps et que l'heure de l'audience nous a trouvé en conciliabules, à hauteur de la Maison militaire, face à la résidence du chef de l'État, marchant d'un pas de sénateur, indifférents à la ponctualité et à la rigueur de métronome du disciple de Senghor chez qui nous nous rendions. Apres avoir négocié à la porte, nous voici arpentant le sanctuaire de la République, gesticulant et devisant à la bonne franquette, gravissant les escaliers d'un pas instable. Comme s'ils s'étaient donné le mot, les fonctionnaires de la Présidence étaient, qui à la fenêtre de leurs bureaux, qui dans les couloirs, désireux de ne rater aucun moment de notre équipée pittoresque et pour le moins inhabituelle en ces lieux solennels. Une espèce échappée d'une ménagerie? Des troubadours amusant la galerie pour des étrennes de janvier? Le spectacle était garanti, même si la présence de Bintou distillait quelque contenance à la troupe. Mais poursuivons. A peine l'huissier nous a-il introduits, que Djibril déploie ses bras comme pour implorer le ciel. En fait, c'était pour envelopper notre longiligne Président qui jouant le jeu, a fait de même pour l'accolade de ces retrouvailles hors normes. Puisque y en a pour un, y en a pour trois. Binetou et moi nous nous en sommes tenus aux gestes-barrières de la distanciation protocolaire.

Conversation animée. Issa plus familier avec Diouf lance l'attaque. Fabienne Diouf partageait avec Joe Ouakam un espace de vie à la fois privée artistique, (pour Joe) et commercial pour la fille du Président .Djibril suit et rappelle les promesses non tenues par le ministère de la Culture. Abdou Diouf, placide déroule. Vint le tour de Ibou et je dus voler à la rescousse de Bintou, remarquable de retenue afin qu'elle puisse exposer ses préoccupations au chef de l'État. Alors que l'on s'y attendait alors pas du tout, Issa se leva brusquement et alla se poster près de la fenêtre du bureau présidentiel. Il nous planta là sans que l'on sache pourquoi. Il boudait tout simplement. J'ai dû négocier son retour au salon du Président qui lui a parlé avec bienveillance et douceur. C'est à cette occasion que le projet de Sandaga, centre culturel ouest africain et zone piétonne a été présenté au Président Diouf, séduit par l'initiative (voir page 11). Des questions importantes dans le domaine du cinéma, de l'art, bref de la culture ont été abordées au cours de cette audience et des engagements pris. Un seul a été concrétisé. Joe s'était insurgé justement sur cette manie de nos gouvernants de ne pas traduire dans les faits les politiques annoncées. Cela était insupportable pour des créateurs et des entrepreneurs culturels connus et reconnus mondialement, sans que leur propre pays ne suive. La suite lui a donné raison ».

A La Une: Sénégal

Plus de: Le Soleil

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.