Afrique: Allocution liminaire du Directeur général de l'OMS au point presse sur la Covid-19 - 23 juillet 2020

document

Bonjour, bon après-midi ou bonsoir. ‎

Plus de 15 millions de cas de COVID-19 et près de 620 000 décès ont ‎été notifiés à l'OMS.‎

Bien que tous les pays soient touchés, une transmission intense ‎continue d'être observée dans un groupe relativement restreint de ‎pays. ‎

Près de 10 millions de cas, soit les deux tiers du nombre total à ‎l'échelle mondiale, concernent 10 pays, et près de la moitié de tous les ‎cas signalés jusqu'à présent ont été relevés dans trois pays seulement.‎

Comme nous l'avons dit précédemment, les deux piliers ‎fondamentaux de la riposte sont l'initiative politique des dirigeants et ‎l'engagement des communautés. ‎

L'un des outils sur lesquels les gouvernements peuvent s'appuyer est ‎la loi - non pas pour contraindre, mais pour protéger la santé tout en ‎défendant les droits humains.‎

Hier, l'OMS, le Programme des Nations Unies pour le développement ‎et l'Université de Georgetown ont lancé le COVID-19 Law Lab, base de ‎données sur la législation mise en oeuvre par les pays pour faire face à ‎la pandémie. ‎

Cette initiative regroupe des informations sur les déclarations d'état ‎d'urgence, les mesures de quarantaine, la surveillance ‎épidémiologique, les mesures juridiques relatives au port du masque, ‎la distanciation physique et l'accès aux médicaments et aux vaccins. ‎

Lorsqu'elles sont bien conçues, les lois peuvent aider à mettre en place ‎des systèmes de santé solides ; à évaluer et à approuver des ‎médicaments et des vaccins efficaces et sans danger ; et à faire ‎respecter les mesures visant à créer des espaces publics et des lieux de ‎travail plus sains et plus sûrs. ‎

En revanche, lorsqu'elles sont mal conçues ou insuffisament mises en ‎œuvre ou appliquées, elles peuvent nuire aux populations ‎marginalisées, renforcer la stigmatisation et la discrimination et ‎entraver les efforts visant à mettre fin à la pandémie.‎

Cette base de données continuera de s'étoffer à mesure que des pays ‎et des thèmes y seront ajoutés. ‎

‎ ‎

Mais il existe un outil encore plus puissant que la loi : c'est de donner ‎aux gens l'information dont ils ont besoin pour se protéger et protéger ‎les autres. ‎

La meilleure façon d'empêcher la transmission et de sauver des vies ‎est de s'assurer que les personnes et les communautés gèrent leurs ‎propres risques et prennent des décisions fondées sur des données ‎probantes pour protéger leur santé et celle de leur entourage.‎

La pandémie a bouleversé la vie de milliards de personnes. Nombreux ‎sont ceux à ne pas être sortis de chez eux depuis des mois. ‎

Il est tout à fait compréhensible que les gens veuillent reprendre leur ‎vie en main.‎

Mais nous ne reviendrons pas à la « vie d'avant ». La pandémie a déjà ‎changé notre façon de vivre. Pour nous adapter à cette « vie nouvelle ‎‎», il faut notamment trouver des moyens de vivre en toute sécurité.‎

Rien n'est impossible, mais ces moyens dépendront de l'endroit où ‎nous vivons et de notre situation personnelle. ‎

Il s'agit de faire de bons choix. ‎

Nous demandons à chacun d'entre vous, lorsque vous déciderez où ‎vous allez, ce que vous allez faire et qui vous allez rencontrer, de ‎traiter ces décisions comme si elles étaient vitales - parce que c'est ‎bien de cela qu'il s'agit. ‎

Votre vie n'est peut-être pas en danger, mais vos choix pourraient ‎déterminer si quelqu'un que vous aimez ou un parfait étranger va ‎vivre ou bien mourir.‎

Ces dernières semaines, on a observé des flambées épidémiques ‎associées à des boîtes de nuit et à d'autres rassemblements et ce, ‎même dans des endroits où la transmission avait été jugulée. ‎

Nous devons garder à l'esprit que la plupart des gens sont encore ‎sensibles à ce virus. Tant qu'il circule, tout le monde est en danger.‎

Ce n'est pas parce que les cas sont peu nombreux là où vous vivez que ‎vous pouvez baisser votre garde. ‎

Ne comptez pas sur les autres pour vous protéger. Nous avons tous un ‎rôle à jouer pour nous protéger nous-mêmes et nous protéger les uns ‎les autres. ‎

Tout d'abord, il faut bien se renseigner sur sa propre situation. Savez-‎vous combien de cas ont été signalés hier là où vous vivez ? Savez-‎vous où trouver cette information ? ‎

Ensuite, savez-vous comment réduire au minimum votre exposition ? ‎Faites-vous attention à maintenir une distance d'au moins un mètre ‎avec les autres ? Vous lavez-vous encore les mains régulièrement ? ‎Suivez-vous les conseils de vos autorités locales ? ‎

Peu importe l'endroit où vous vivez ou l'âge que vous avez, vous ‎pouvez jouer un rôle de chef de file au sein de votre communauté, non ‎seulement pour vaincre la pandémie, mais également pour ‎reconstruire en mieux.‎

Nous l'avons vu ces dernières années, des jeunes dirigent des ‎mouvements populaires contre le changement climatique et pour ‎l'égalité raciale.‎

Aux jeunes de lancer maintenant un mouvement mondial pour la ‎santé - pour un monde dans lequel la santé est un droit fondamental, ‎et non un privilège.‎

Je vous remercie.‎

Plus de: WHO

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.