Afrique de l'Ouest: UEMOA - Les créances intérieures ont progressé de 11,2% en avril 2020

« Les créances intérieures ont progressé, en glissement annuel, de 11,2%, pour s'établir à 32.867,3 milliards, en liaison avec la hausse des créances sur les administrations publiques centrales (Apuc) et l'économie », lit-on dans la « Note mensuelle de conjoncture économique d'avril 2020 » de la Banque centrale des états de l'Afrique de l'ouest(Bceao).

Dans la publication consultée par le Journal de l'économie sénégalaise (Lejecos), le taux de croissance des créances sur l'économie s'est établi à +5,1% contre +6,5% un mois plus tôt et +9,0% à la même période de l'année 2019. La situation de la crise sanitaire a eu un impact sur la mise en place des crédits au profit des agents économiques. Au niveau des entreprises privées, le rythme de progression des concours bancaires a perdu 1,8 point de pourcentage pour ressortir à 4,6%. Quant aux ménages, les crédits dont ils ont bénéficié se sont accrus de 9,3% contre 10,2% le mois précédent.

La baisse du rythme de progression des créances sur l'économie entre mars et avril 2020 (+5,1% contre +6,5% en mars) est en phase avec la poursuite, à un rythme plus faible, de la progression de nouvelles mises en place de crédits. En glissement annuel, les nouveaux concours bancaires se sont renforcés de 6,3% en avril 2020, après un accroissement de 14,9% en mars.

Sur une base mensuelle, explique la Bceao, les crédits nouvellement mis en place ont baissé de 3,1%, après une hausse de 9,5% et 6,6% en mars et février 2020. Ainsi, le cumul mensuel, toutes maturités confondues, est estimé à 1.326,7 milliards en avril 2020, après un niveau de 1.369,5 milliards le mois dernier, en lien avec le repli des crédits à la clientèle financière, aux Etats et organismes assimilés, ainsi qu'aux entreprises individuelles et privées du secteur productif. Quant aux dépôts mobilisés par les banques de l'Uemoa, ils ont enregistré une baisse de 3,6% en avril 2020, en ressortant à 839,3 milliards contre 870,5 milliards le mois précédent.

La diminution du volume des dépôts bancaires est imputable notamment aux assurances et caisses de retraite, à la clientèle financière et aux entreprises individuelles. La hausse relevée au niveau des dépôts des entreprises privées du secteur productif et des particuliers a modéré la tendance.

S'agissant du volume moyen hebdomadaire des opérations sur le marché interbancaire, toutes maturités confondues, il s'est limité à 213,6 milliards, en baisse de 22,5% par rapport à mars 2020. Dans ce contexte, les concours de la Bceao aux banques se sont renforcés de 1,5%, en passant de 5.173,5 milliards à 5.249,7 milliards en avril 2020.

Plus de: Lejecos.com

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.