Afrique de l'Ouest: La CEDEAO exige la démission de 31 députés maliens

https://fr.allafrica.com/view/group/main/main/id/00074110.html

A l'issue du sommet virtuel extraordinaire tenu ce lundi pour tenter de résoudre la crise socio-politique qui secoue le Mali depuis Juin dernier, les 15 présidents de la CEDEAO menacent de sanctions les opposants à son plan de sortie de crise au Mali qui prévoit notamment le maintien au pouvoir du président Boubacar Keïta.

Le Président ivoirien estime que « la crédibilité de la CEDEAO est en jeu » et des mesures ont été prises durant leur assise dégageant des propositions pour la sortie de crise au Mali.

L'institution régionale prône la constitution rapide d'un gouvernement d'union nationale incluant l'opposition ainsi que « La mise en place par la CEDEAO d'un régime de sanctions contre ceux qui poseront des actes contraires au processus de normalisation de cette crise, étant entendu que l'ensemble des décisions et mesures devront être mises en œuvre au plus tard le 31 juillet 2020 ».

Elle exige cependant « la démission immédiate des 31 députés dont l'élection est contestée y compris le Président du Parlement » alors que l'opposition menace de reprendre début Août ses manifestations contre le président Ibrahim Boubacar Keïta.

Plus de: Télégramme228

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.