Afrique de l'Ouest: Les dessous d'un départ en catimini de Ouattara à la réunion de Bamako le 23 juillet dernier

SEM Alassane Ouattara, président en exercice de la CEDEAO

Acculé de toutes parts, pour se déterminer par rapport à la lancinante question de vouloir ou pas briguer un troisième mandat, Alassane Ouattara, en dépit, d'être de l'équipée de sauvetage du régime d'Ibrahim Boubacar KEÏTA, n'a pas attendu, trop longtemps, à l'hôtel Sheralton de Bamako. Selon des informations exclusives obtenues par Confidentiel Afrique, le Président Ouattara a dû quitter sur la pointe des pieds la table des négociations où s'étaient retrouvés les Chefs d'États Macky SALL, Muhamadu Buhari, Issoufou Mahamadou, Ado Akuffo Nana.

Selon des informations de Confidentiel Afrique, l'opposition malienne, a indiqué clairement aux présidents de la CEDEAO, que Alassane Ouattara était très mal placé pour demander aux protagonistes maliens, d'appliquer le plan de sortie de crise, proposé par la CEDEAO au M5, car ce dernier (le Président Ouattara) refusait de respecter les décisions de la Cour africaine des Droits de l'Homme.

Notre source de révéler à Confidentiel Afrique, que l'opposition a osé défier le Président Ouattara, en signifiant à la CEDEAO que " les cartouches utilisées par les policiers et gendarmes maliens lors de l'insurrection populaire, ont transité par la Côte d'Ivoire".

Un affront que l'homme fort d'Abidjan, n'a pas digéré. Selon nos informations, le Président Ouattara s'est décidé, en pleine négociation avec ses homologues, de quitter les lieux. Il prit le soin d'en informer le Président Ibrahim Boubacar KEÏTA. Avant de prendre congé de ses pairs, qui sont jusqu'à tard dans l'après midi, avant de regagner leurs pays respectifs.

Plus de: Confidentiel Afrique

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.