Congo-Kinshasa: Une rentrée scolaire par défi - L'école, foyer potentiel de contamination à la Covid-19

Des élèves d’une école de Kinshasa lors de la rentrée scolaire2015-2016

Le gouvernement, par le biais du ministère de l'Enseignement primaire, secondaire et technique (EPST), vient de rendre public un calendrier de reprise des cours. Ce document fixe la rentrée scolaire pour ce lundi 3 août. Et de manière spéciale, les élèves ne rentrent à l'école que pour achever les 30 jours restants sur les 180 qu'il faut pour épuiser le programme scolaire. Et selon le même document, la clôture de l'année scolaire est fixée au 3 septembre 2020.

Si la mesure annonçant la reprise des cours est saluée par tout le monde -les enfants ayant passé près de 4 mois de vacances forcées-, elle soulève néanmoins quelques inquiétudes. Et plusieurs questions restent sans réponses. Un tour dans ces écoles permet de comprendre que rien n'est fait à quelque 7 jours de cette rentrée scolaire.

Aucune disposition pratique

Cette période avant la rentrée devait connaître un grand déploiement d'équipes qui s'affairent aux préparatifs, notamment la désinfection des locaux ; l'assainissement du milieu scolaire ; l'aménagement des salles de classes en respectant la distanciation physique ; l'aménagement des latrines salubres ; l'acquisition des matériels de protection (masques, lave-mains, gels hydro alcooliques et savons... ) ; l'adduction d'eau potable, car il existe des écoles sans point d'eau...

Tous ces éléments sont indispensables à la reprise sécurisée des cours dans les écoles de la RDC, surtout que les élèves reprennent le chemin de l'école dans un contexte de crise sanitaire liée à la pandémie de la Covid-19 ; laquelle secoue l'humanité entière.

La reprise des cours est fixée. C'est une bonne chose, mais le ministre de l'EPST ne dit rien sur les dispositions pratiques prises avant cette rentrée ; la taille du budget alloué aux écoles pour faire face à la Covid-19 ; l'accroissement de la capacité d'accueil de ces infrastructures devant recueillir la population scolaire au 3 août prochain ; la formation des responsables d'écoles et enseignants sur la riposte à la Covid-19 ; la capacité des élèves (surtout les tout petits) à porter un masque de 7h à la sortie des classes ; etc.

Sans des réponses appropriées à tout ce questionnement, il est donc clair que le gouvernement propose une reprise des cours par défi qui risque, à terme, de se relever une menace au bien-être de la population. Car l'école peut devenir un foyer potentiel de contamination à partir duquel les ménages vont facilement être contaminés. Et l'État sera dans l'incapacité de prendre en charge un nombre important de contaminés à la Covid-19.

L'exemple sud-africain doit enseigner

L'exemple sud-africain devait servir de témoin. Au pays de Mandela, l'école, rouverte il y a quelques jours, est en train de refermer ses portes en catastrophe, sur fonds de flambée de l'épidémie de Covid-19.

Si un État bien loti comme l'Afrique du Sud rencontre des défis avec le retour des élèves à l'école, qu'en sera-t-il avec le gouvernement congolais qui peine à réunir les moyens de proposer une réponse efficace à la pandémie de la Covid-19 ?

La voie de sortie

La voie de sortie serait de calculer la moyenne réalisée au premier semestre pour décider du passage des classes ou du redoublement des élèves des classes montantes. A défaut bien entendu de décider du passage de tous les élèves en cette année spéciale. Quitte à renforcer l'évaluation de ces apprenants au cours de l'année scolaire 2020-2021.

A vrai dire, ce qui est faisable, c'est organiser la reprise des classes terminales qui vont affronter les épreuves nationales de l'Exétat et du TENAFEP. Car, avec les finalistes seuls, il y a moyen de respecter les mesures barrières (port du masque, lavage des mains et distanciation physique), étant donné que les écoles vont gérer un nombre moins important d'élèves, avec en bonus des locaux libérés par les élèves des classes inférieures restées à la maison. Agir autrement, c'est ordonner une reprise des cours par défi et ouvrir la voie à une contamination à grande échelle de la population.

A La Une: Congo-Kinshasa

Plus de: Le Potentiel

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.