Gabon: Les agents des régies financières en grève, dans l'attente de négociations

Au Gabon, les agents des régies financières à savoir le Trésor public, les Impôts, la Douane et les Hydrocarbures en grève depuis deux semaines ont décidé hier, lundi 27 juillet, de mettre fin au service minimum. Le gouvernement, selon eux, ne veut pas ouvrir de négociations. La grève risque de plomber davantage l'économie du pays déjà fragilisée par la pandémie du Covid-19.

Les rassemblements de plus de 10 personnes étant interdits à cause du coronavirus, les leaders syndicaux ont demandé à leurs adhérents de rester à la maison. Tous sont invités à attendre les nouvelles sur l'aboutissement de leurs revendications que rappelle leur porte-parole, Sylvain Ombinda Talheywa III.

« Nous avons des agents qui cumulent aujourd'hui cinq, huit, voire dix ans, sans être intégrés dans la fonction publique. D'autres ne connaissent ni avancement, ni reclassement depuis belle lurette. Et nous disons aujourd'hui, non !

On doit nettoyer le fichier des primes. Parce qu'ils savent qu'il y a des doublons, il y a des fantômes, il y a des fictifs, il y a des décédés à l'intérieur. Nettoyons ce fichier pour avoir une enveloppe raisonnable. Qu'on optimise la dépense publique ».

Les syndicalistes disent avoir durci le mouvement pour obliger le gouvernement à ouvrir des négociations. Les conséquences pourraient être énormes pour l'économie gabonaise.

« Aujourd'hui, les quatre régies représentent plus de dix milliards de francs Cfa de pertes par jour. A qui profite le crime ? », interroge Sylvain Ombinda Talheywa III.

Les syndicalistes seront reçus par le nouveau ministre du Budget en fonction depuis vendredi, a assuré un haut cadre du ministère qui n'a pas souhaité communiquer davantage.

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.