Kenya: Le coronavirus frappe à nouveau le pays

Après avoir amorcé un déconfinement partiel il y a trois semaines, le Kenya renforce finalement les mesures de confinement face à l'explosion des nouveaux cas de contamination au coronavirus. Couvre-feu prolongé de trente jours, fermeture des restaurants dès 19h, fermeture totale des bars jusqu'à nouvel ordre et interdiction de vendre de l'alcool sur l'ensemble du territoire.

Avec 18 000 cas de Covid-19 à ce jour, le nombre de contaminations a plus que doublé en trois semaines au Kenya. La courbe se redresse dangereusement avec un pic attendu au mois d'août ou septembre prochain. Mais le Kenya est-il prêt ?

Le gouvernement et les responsables des comtés étaient réunis en sommet ce lundi 27 juillet pour faire le point. Seuls cinq comtés sur les quarante-sept que compte le pays seraient effectivement capables de gérer le flux de malades à venir. Un résultat qui fait scandale après la révélation d'une enquête menée par les autorités. Au moins vingt gouverneurs de comtés auraient menti sur leur niveau de capacité, notamment concernant le nombre de lits dont ils disposent.

Malgré la situation qui empire, Uhuru Kenyatta n'opte pas pour le confinement tant la crise économique s'annonce catastrophique pour le pays. Mais il durcit le ton de son discours et appelle à la responsabilité individuelle. Le président kényan souligne par ailleurs le très faible taux de mortalité du virus : 1,6% des malades, soit 285 morts. Mais que cela ne fasse pas croire aux citoyens, dit-il, qu'ils n'encourent aucun risque. « Il y aura bien d'autres morts », prévient le chef de l'État.

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.