Sénégal: Hydraulique et assainissement - Les agences de l'État vont injecter plus de 17 milliards de FCfa à Touba

27 Juillet 2020

Des programmes de plusieurs milliards sont en cours de réalisation à Touba dans le domaine de l'avant le grand Magal.

Le Ministre de l'Eau et de l'Assainissement, Serigne Mbaye Thiam, a mandaté à Touba, vendredi dernier, les directeurs généraux de l'Ofor, de l'Onas et de la Direction de la prévention des inondations pour trouver des solutions pérennes aux difficultés relatives au déficit d'eau et d'assainissement et aux point bas envahis par les eaux de pluie.

Émissaire du khalife auprès du Président de la République après le Gamou de l'an dernier, Serigne Bassirou Mbacké Abdou Khadre avait évoqué avec lui la fourniture d'eau et le réseau d'assainissement de Touba.

«Le Khalife général, n'eût été les travaux de l'université, premier objectif de son magistère, aurait fait appel aux disciples de la communauté mouride pour résoudre le problème d'eau à Touba et disposer ainsi d'une eau de qualité et en quantité suffisante pour la cité religieuse, mais il ne pouvait effectuer les deux projets en même temps, et ce projet lui tenait à cœur», a-t-il dit.

Serigne Bassirou Mbacké Abdou Khadre a, au nom du Khalife général des Mourides, fait savoir qu'il avait bien saisi les déclarations des uns et des autres.

Il est ensuite revenu sur la genèse des travaux. Le porte-parole du Khalife général n'a pas manqué de faire la remarque au Directeur général de l'Onas d'une erreur dans la démarche, d'un déficit de communication.

En effet, dit-il, il est inconcevable pour les autorités de Touba qu'on ébauche dans la ville un projet aussi important, qui les tient tous à cœur, sans qu'elles n'en soient pas informées au préalable.

«Nous n'avons aucune maîtrise des travaux qui se déroulent et nous devons rendre compte. Mais, fera-t-il savoir, on ne peut apporter des éclaircissements sur des travaux qu'on ne maîtrise pas».

Un projet de 15 milliards de FCfa pour les eaux usées

Auparavant, le Directeur général de l'Onas, Lassana Gagny Sakho, a évoqué les mesures pour une solution définitive des inondations dans les trois ou quatre ans à venir.

«Nous allons, de concert avec l'association «Touba ca Kanam» qui œuvre dans ce secteur, fusionner nos expertises pour une solution pérenne, en fonction du rythme d'accroissement de la ville de Touba», a expliqué Lassana Gagny Sakho.

Pour le projet d'assainissement des eaux usées d'un coût global de 15 milliards de FCfa qui a été démarré récemment, il concerne les localités de Guédé, de Darou Khoudoss, de Touba Mosquée, de Darou Minam et de Gouye Mbind.

C'est le premier projet qui sera suivi d'un autre projet plus vaste. Le Directeur général de l'Onas a cependant avertit sur l'usage de la station de pompage.

Il a invité à plus d'attention car elle ne pourra aller au-delà de sa capacité de rétention des eaux qui pourraient détériorer l'infrastructure. Ainsi, dans les trois ou quatre ans à venir, il ne sera plus question d'inondations à Touba.

2,1 milliards de FCfa pour des forages et un réseau de qualité

Pour Seyni Ndao, le Directeur général de l'Office des forages ruraux (Ofor), quatre forages sont prévus à Darou Marnane Féto et à Sham, ainsi que le renouvellement des forages de F. Kébé et de Touba Ndiarème. Il est prévu un château d'eau de 1000 m3 d'ici le Magal et deux autres châteaux d'eau de 500 m3 sur une hauteur de 20 m à Darou Marnane Féto et à Thiawène.

«Nous avons fait une commande de 10 pompes doseuses et de 5 groupes électrogènes qui seront en place dès le 05 août prochain et l'extension du réseau sur plus de 50 km. À cela s'ajouterons, pour le Magal, les camions citernes et des bâches souples», a informé Seyni Ndao.

Il a également souligné la vétusté du réseau hydraulique dont une étude a déjà été lancée et le bureau attributaire va démarrer son travail incessamment et évaluer le programme structurant qui pourra enfin être évalué. En gros, le Directeur général de l'Ofor a évalué le programme ainsi présenté à la somme de 2,100 milliards.

Plus de: Le Soleil

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.