Togo: Plusieurs millions ponctionnés du compte du personnel de la Coopec Solidarité

La dynamique insurrectionnelle enclenchée pour sectionner les cordons de filiation de Coopec Solidarité à la structure faîtière, la Fucec-Togo, a viré dans une délinquance financière qui fait réagir vigoureusement le personnel de la Coopec qui constate, par surprise, la disparition de plusieurs millions d'un compte commun.

Un crime économique qui porte la signature du chef section Comptabilité, Ketika Elom, sous la houlette de son mentor Godome Déwouna, ex directeur, qui se fait attribuer gracieusement, en violation de toute procédure, des avantages indus après son licenciement.

L'immiscion de la Commission bancaire de l'Umoa, de la Direction nationale de la BCEAO et des autorités togolaises pour régler le conflit interne à la Coopec Solidarité et le bras de fer l'opposant à la Fucec Togo n'aura pas suffi à entamer la détermination du directeur licencié à relever tous les défis impossibles, pour se maintenir sur son siège et continuer imperturbablement sa mission, celle d'écarter Fucec Togo en vue de faire de Coopec Solidarité sa propriété privée.

Mobilisation de toutes les chaînes de l'appareil judiciaire, des hommes et des dieux, recours aux pratiques les plus mafieuses, sur fond d'obscurantisme et d'incompétence, Godome Déwouna aura tiré toutes les cordes à son arc pour annuler la décision du Conseil d'administration (CA) de Coopec Solidarité actant son licenciement le 28 février 2020.

En vue de nourrir la farouche guerre ouverte contre son employeur, le CA, l'homme s'est attaché les services de certains délégués véreux du personnel qu'il a ralliés à sa cause.

Trois de ces délégués ont, entre-temps, effectué des descentes musclées dans plusieurs agences de la Coopec pour agresser physiquement tout agent qui s'oppose à l'exécution des décisions prises en toute illégalité par Godome Déwouna.

Arrêtés en mai dernier et gardés à vue, ils étaient presqu'au portillon de la prison civile de Lomé, quand la clémence et la sagesse du procureur de la République, Essolissam Poyode, leur évitèrent un mandat de dépôt.

Depuis, ils se sont calmés, mais continuent les basses besognes, en mettant à disposition de Godome Déwouna de l'argent frauduleusement acquis destiné à acheter les munitions de la corruption et de l'insurrection contre le CA.

Vidage progressif du compte Apecos

Les employés de Coopec Solidarité se sont constitués, depuis 2005, en association dénommée APECOS (Association du personnel de Coopec Solidarité).

Les ressources financières de cette association sont essentiellement composées de cotisations mensuelles de mille (1000) francs, de quêtes et dons.

Ces fonds servent à financer en particulier des uvres sociales tels que mariages, naissances, décès, mais également le départ à la retraite de l'employé, et autres activités culturelles.

D'après les textes de l'Apecos, c'est le président qui ordonne les décaissements de fonds, et ce, après approbation du bureau exécutif.

Mais en violation de cette disposition, le personnel a constaté, du 04 mars au 22 juin 2020, plusieurs retraits de sommes importantes du compte N° 67579 de l'Apecos pour des motifs douteux et inconnus.

Sept millions six cent huit mille (7 608 000) ont été ponctionnés par les délégués du personnel sous la houlette de Ketika Elom.

Plus précisément, 500 000 retirés le 04 mars, 500 000 le 25 mars, 208 000 le 07 avril 2020, 1 million le 21 avril, 2 millions le 24 avril, 250 000 le 05 juin, 1 million cent cinquante mille le 09 juin et 2 millions le 22 juin 2020.

Or, les textes ont fixé comme montant maximal autorisé lors d'une opération de retrait deux cent mille francs, et ce, seulement en cas de décès d'un membre.

Sonné, le personnel exerce son droit statutaire en saisissant par courrier le 25 juin 2020 le chef service administratif et juridique de la Coopec Solidarité/Fucec Togo avec pour objet : arrêt de retraits injustifiés sur le compte Apecos.

« Nous venons par la présente vous demander de bloquer tout simplement le compte et nous éclairer sur ces diverses opérations », ordonne le courrier.

Certains retraits, d'après nos recoupements, ont été effectués à la veille de grandes opérations, notamment diverses rencontres de Godome Déwouna avec des personnalités du monde politique et judiciaire, convocations en désordre des membres du CA à la justice, grèves des employés.

Plus de: Télégramme228

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.