Afrique: Retour vers le passé avec Onigbinde qui se remémore la CAN 1984

Festus Adegboye Onigbinde est devenu le premier entraîneur local à emmener les Super Eagles, alors connus sous le nom de Green Eagles, à la Coupe d'Afrique des Nations (CAN), conduisant l'équipe jusqu'en finale du tournoi de 1984 en Côte d'Ivoire.

Sans doute l'un des meilleurs entraîneurs issus du continent, Onigbinde, maintenant âgé de 82 ans, se remémore joyeusement son voyage avec les Eagles en 1984 où ils ont atteint la finale en Côte d'Ivoire, avant de s'incliner 3-1 face au Cameroun.

Malgré la défaite face aux Lions indomptables, le tacticien nigérian reste fier de ses accomplissements.

«J'aurais adoré revenir de Côte d'Ivoire avec la médaille d'or, mais il s'est passé tellement de choses en coulisse dès que nous avons quitté le Nigéria. Malgré cela, c'est un souvenir mémorable pour moi », déclare l'entraîneur devenu professeur.

«Être le premier Nigérian à diriger l'équipe nationale à la CAN et terminer deuxième sur le continent dès la première tentative a été une réussite personnelle. Je n'ai pas déshonoré le Nigéria et c'était alors notre meilleur résultat à la CAN hors du Nigéria. En tant que tel, je me considère comme un conquérant. »

L'entraîneur vétéran est une figure synonyme du football nigérian et reste une référence non seulement dans son pays mais aussi sur tout le continent.

Il était le quatrième entraîneur nigérian à gérer l'équipe nationale après Dan Anyiam, Peter 'Eto' Amaechina et Carl O'Dwyer, mais il a veillé à marquer l'histoire en conduisant l'équipe à l'événement phare continental.

Onigbinde a démarré sa carrière d'entraîneur dans les années 1960 et aurait été formé par l'entraîneur de l'équipe nationale d'alors, Berti haLevi d'Israël. Il est devenu assistant lorsque le Britannique Allan Hawks a conduit Shooting Stars of Ibadan à la première victoire continentale d'un club du Nigeria, remportant la Coupe des vainqueurs de coupe de la CAF 1976, devenue la Coupe de la Confédération de la CAF.

Il est devenu entraîneur principal en prenant la direction de l'ancienne formation Water Corporation Football Club d'Ibadan et en la guidant vers les quarts de finale de la Coupe d'Afrique des clubs champions, désormais Ligue des Champions de la CAF, où le club nigérian s'est incliné 5-4 au total contre le futur vainqueur Hafia FC de Guinée.

Grâce à son travail remarquable, il a hérité du poste en équipe nationale après que le Brésilien Otto Gloria, qui a guidé le Nigéria vers son premier titre de la CAN à domicile en 1980, a été licencié pour ne pas avoir réussi à qualifier le pays pour la Coupe du Monde de la FIFA 1982 et à défendre le titre de champion d'Afrique lors de la CAN 1982 en Libye.

Connu pour son style ultra-défensif, Onigbinde dans ses deux passages avec le Nigeria, a enregistré des résultats relativement impressionnants, récoltant 13 victoires, 17 nuls et sept défaites sur les 37 matchs qu'il a dirigés.

Mais parmi ses victoires, celle contre le Ghana, rival éternel du Nigéria, reste la plus mémorable.

«En octobre 1983, le Nigeria a battu le Ghana à Accra et c'était la première fois qu'une équipe nigériane battait le Ghana hors de ses frontières. Mais ce qui était impressionnant dans mon équipe, c'est le fait que certains des joueurs venaient de nulle part quand je les ai découverts et leur ai donné une chance de débuter en équipe nationale. »

"Certains de ces joueurs incluent le lauréat du trophée de joueur africain de l'année, le regretté Rashidi Yekini, ainsi que Chibuzor Ehilegu, Tarila Okorowanta, Ademola Adesina entre autres", note-t-il.

Onigbinde est également connu pour sa formidable équipe de Shooting Stars qui a perdu de justesse face à l'équipe égyptienne Zamalek en finale de la Coupe d'Afrique des clubs champions de 1984.

Le tacticien a également été rappelé brièvement pour guider l'équipe des Super Eagles vers la Coupe du Monde de la FIFA 2002 en Corée et au Japon après la mise à l'écart du précédent banc technique dirigé par feu Shaibu Amodu pour ce qui était considéré comme une performance lamentable à la CAN 2002 au Mali.

Ses expériences de travail à travers le continent pendant plus de quatre décennies ont confirmé que plus de confiance devrait être montrée aux tacticiens africains, et fait valoir qu'avec du temps et des ressources, ils pouvaient réussir.

«Les Africains sont intelligents mais la façon dont nous utilisons et améliorons les connaissances des entraîneurs africains devrait être ce qu'il y a de plus important pour les administrateurs du football africain.

"Pour améliorer le niveau de jeu au Nigeria et en Afrique dans son ensemble, nous devons développer les instructeurs et les entraîneurs afin qu'ils puissent avoir un impact significatif sur les futurs joueurs; ce qui, par la même occasion, améliorera les normes générales de jeu", a-t-il ajouté.

Plus de: CAF

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.